ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE PREMIUM
Leaders du e-learning
CONTRIBUTEURS ANNUAIRE ELL S'ABONNER
5 publics pour le Digital Learning étendu
09 OCTOBRE 2017 / tendances
Geoffroy de Lestrange
international product marketing director
cornertsone
Michel Diaz
directeur associé
féfaur
Pour être performante l’entreprise ne peut se contenter de former ses salariés ; elle doit aussi former l'ensemble de ses partenaires. Mission impossible pour la formation présentielle. Pas pour le Digital Learning, dont toutes les ressources seront mobilisées

Le Digital Learning étendu aux fournisseurs… Un premier public du “Digital Learning étendu”, c’est celui des fournisseurs dont les employés seront impliqués dans la production, la livraison voire la conception des produits ou services de l’entreprise sur lesquels ils ont donc une influence prépondérante. Leur respect des normes sociales et environnementales conditionne aussi bien l’image de marque que la tranquillité juridique de l’entreprise - on pense par exemple au scandale du travail d’enfants employés par des sous-traitants, rejaillissant sur la marque. Ils doivent recevoir toute la formation nécessaire au maintien de leurs compétences métiers, de leur motivation et de leur habilitation à exercer leur fonction dans la géographie où ils l’exercent (formation de confirmité locale).

Le Digital Learning étendu aux réseaux de distribution… Les réseaux de distribution de l’entreprise constituent un autre public du Digital Learning étendu. Beaucoup de marques distribuent leurs produits via un réseau de distribution multimarques (complétant éventuellement leur propre réseau). Dans un tel réseau, une marque est souvent en compétition avec les autres marques distribuées sur les points de vente, dans plusieurs domaines : lieu d’exposition des produits, merchandising, engagement d’un vendeur à conseiller une marque plutôt qu’un autre. La qualité de la formation apportée par la marque permettra de renforcer cet engagement du vendeur, à travers une meilleure connaissance des produits, notamment lors d’un lancement, et d’un “univers de marque” qui lui donnera envie de partager avec les clients. L’impact de ces formations sera encore plus décisif dans les réseaux de distribution exclusifs (concessionnaires automobiles, agents généraux d'assurances), en matière d’augmentation du chiffre d'affaires et de satisfaction des clients.

Le Digital Learning étendu aux clients… Le Digital Learning étendu concerne aussi les clients. À l’heure des réseaux sociaux, un client satisfait, voire attaché à la marque, peut pousser ses relations à en devenir clients à leur tour. Certains clients sont à ce point attachés à une marque qu’ils vont lui assurer la plus grande publicité sur le Web à travers des vidéos (test du produit, benchmarking, vidéo formation par exemple pour monter un meuble, etc.). L’attachement au produit et à la marque dépend de la compétence du client à utiliser au mieux (de façon optimale) ce produit. L’entreprise doit s’assurer, en l’aidant à se former si nécessaire, de cette compétence du client. Dans certains secteurs d’activité B2B, ce point ne fait pas question : un industriel qui vend des hélicoptères ou des machines-outils est tenu de former ses clients (formation qui est souvent alors source directe ou semi-directe de revenus).

Le Digital Learning étendu à la “gig economy”… Le public des “indépendants” ne doit pas être laissé pour compte. Les entreprises leur sous-traitant un nombre croissant de services, les travailleurs indépendants et autres auto-entrepreneurs sont amenés à la représenter de plus en plus souvent auprès des clients (la “gig economy” représente 40% de la force de travail au États-Unis). Il est d’autant plus crucial que l’entreprise leur apporte le même niveau de formation qu’à ses salariés, qu’elle cherche à fidéliser ses collaborateurs extérieurs qui ont des compétences difficiles à acquérir, a fortiori quand ils en connaissent tous les rouages après une longue pratique de collaboration.

Le Digital Learning étendu aux candidats et anciens employés… Former les candidats avant leur prise de poste est hautement judicieux, non seulement pour accroître l’efficacité de l’onboarding : l’image de marque employeur, et donc l’attractivité de l’entreprise pour des nouveaux talents en sort renforcée, en particulier quand l’entreprise forme aux fondamentaux de son secteur d’activité, aide au développement des compétences métiers de son industrie, joue la  transparence… Une  approche qui ne manque ni de panache ni d’efficacité.

Quant anciens salariés, ils porteront longtemps encore la marque employeur en donnant leur avis sur les sites d’emploi (Glassdoor, LinkedIn, etc.) à des candidats qui le demandent. De la nécessité pour l’entreprise de soigner son “offboarding” et de maintenir un lien durable sous forme d’un flux régulier d’information et de connaissances (qui pourrait déboucher - pourquoi pas ? - sur un retour du salarié dans l’entreprise).

Le Digital Learning est bien le bras armé de la formation étendue !

L’entreprise dépend du niveau de compétence et d’engagement de chacun de ces partenaires, dans de nombreux domaines : qualité de ses produits et services, satisfaction de ses clients, conquête de nouveaux marchés, image de marque, respect des législations en vigueur sur tous ses marchés… Le nombre considérable des personnes à former, leur diversité, la nécessité de les former sans délai chaque fois que nécessaire, celle d’individualiser la formation, l’impossibilité pour le cours en salle de résoudre l’équation… Le Digital Learning est bien le bras armé de la formation étendue !

 

ARTICLES RÉCENTS DANS LA MÊME RUBRIQUE | tendances
7 énoncés sur les compétences du service formation pour 2022 •SUITE Pourquoi les « Learning Data » deviennent-elles indispensables ? •SUITE
Les télé-apprenants en manque de présentiel ? •SUITE Les stratégies digital learning sont plurielles •SUITE
Fonction formation : du champ de Compétence au développement des compétences •SUITE L’avenir de la fonction RH : la formation ? •SUITE
3 questions à Patrick Benammar autour de la stratégie digital learning •SUITE 200 millions de dollars supplémentaires pour le collaborative learning •SUITE
4 étapes clés pour favoriser l’employabilité •SUITE Catalogue : l’avenir de la fonction formation-développement ? •SUITE
page précédente retour à l'accueil tous les articles
À LIRE CETTE SEMAINE
360Learning : pleins feux sur « l’adaptive learning 2.0 » •SUITE
La réalité virtuelle témoigne de l’orientation client de... •SUITE
6 raisons plus 1 de participer à Solutions RH – eLearning... •SUITE
Choisir sa plateforme de formation n'est plus un casse-tête... •SUITE
5 principes d'action pour mener à bien un projet Learning... •SUITE
Évaluer la formation n’est plus une simple option ! •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
Chargé de Mission Digital Learning H/F
Enovation
Product Designer UX/UI, App & Web App
TEACH ON MARS
ILS INFORMENT
ISTF : Certifier sa formation blended, présentielle ou 100% distancielle
E-LEARNING TOUCH' : Retour d’expérience SOCAPS : Une plateforme Moodle pour améliorer...
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
Webinaire : Organismes de formation, construisez votre offre CPF complète et qualitative avec ENI !
20 JANVIER 2022 / ENI
La gamification eLearning avec iSpring
25 JANVIER 2022 / ISPRING
LES PLUS LUS
Transformer la formation, un projet-voyage à travers cinq... •SUITE
Cornerstone Xplor : le chaînon manquant entre... •SUITE
Conduite de projet : la compétence post crise dont la... •SUITE
7 mots clés qui éclairent la réussite du Digital Learning... •SUITE
Fonction formation : du champ de Compétence au... •SUITE
• SUIVRE ELL
INSCRIPTION NEWSLETTER CONTACTEZ NOUS PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI PUBLIEZ ACTUALITÉ MENTIONS LÉGALES CENTRE DE PRÉFÉRENCES
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2022 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®