ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE PREMIUM
Leaders du e-learning
CONTRIBUTEURS ANNUAIRE ELL S'ABONNER
Hiérarchisation et curation des contenus de formation en ligne
06 SEPTEMBRE 2022 / pratiques
Michel Diaz
directeur associé
féfaur










Quelques remarques sur la nécessaire hiérarchisation des contenus de formation, sur le rôle de la certification, des catalogues de contenus pédagogiques digitaux et des market places… La curation des contenus : nouvelle mission stratégique des services formation.

Infobésité

Le concept d’infobésité a été forgé dans les années 2000 pour désigner le risque inhérent à la surconsommation d’informations. De même qu’on devient obèse à consommer à toute heure du jour de la malbouffe (ces produits ultra-transformés conçus, semble-t-il, pour engendrer une addiction), on court le risque de l’idiotie en avalant trop d’informations dont une grande partie serait constituée de « fake news ».

Le concept d’infobésité ne saurait pas être étendu sans précaution au domaine de la formation. Parce que, au contraire de la consommation d’informations sur le Web ou sur les chaînes d’information en continu, on ne peut pas apprendre en restant entièrement passif, le minimum d’activité attendue de l’apprenant lui permettant de forger quelques mécanismes (muscles) mentaux. Puisque, aussi, un contenu de formation est moins facile à produire qu’une information. N’importe qui équipé d’un smartphone peut aujourd’hui produire une information ou une « story » qui pourra instantanément être consommée par des milliers d’autres pékins (je me compte parmi eux !), par exemple, depuis Instagram ; on n’en est pas là dans la formation, où un minimum d’exigence s’impose : savoir ce dont on parle, réfléchir à la façon dont, notamment, on va l’articuler, voire se soucier de la façon dont le contenu va pouvoir être reçu, dans quelle progression, et pour mise en pratique.

Pourrait-on parler de « formabésité » ?

Mais, forgeant au passage un néologisme, on pourrait également parler d’un risque de « formabésité » à considérer l’infinité des ressources du Web ayant vocation à transmettre des connaissances. Qu’on veuille apprendre la guitare, l’anglais, un logiciel, à monter un meuble, à se protéger des coups de soleil, à vaincre un lumbago ou à trouver les voies de son développement personnel, on n’aura que l’embarras du choix. Encore ce terme est-il euphémique : ce n’est pas tant d’embarras qu’il faut parler que d’effroi pascalien devant le silence éternel des espaces infinis, car c’est un fait : l’infinité des contenus disponibles, comme leur facilité d’accès, finit par engendrer un grand silence : tout ou rien, c’est pareil. Qui s’est vraiment essayé à développer un savoir approfondi, et non à résoudre seulement un problème ponctuel, sait, sauf quelques rares élus, qu’il n’a aucune chance d’y parvenir dans la multiplicité foisonnante de ressources principalement hiérarchisées par la foule des clics.

Hiérarchiser les contenus

La foule n’étant pas forcément intelligente, il faut opter pour une autre hiérarchisation que celle du clic. Plusieurs pistes possibles. On exclura ici la question des contenus métiers sur mesure qui demanderait un angle de vue spécifique, pour se concentrer les formations transversales. 

Première hiérarchisation possible, celle de la certification d’un contenu ou d’un programme par une institution, ce qui ne doit pas empêcher de procéder à des vérifications, qu’on soit apprenant ou responsable formation. Les référentiels existent, nombreux, souvent de grande qualité, fondés sur des procès rigoureux. Des contenus dont le périmètre est plus limité font aussi, de plus en plus souvent, l’objet de « micro credentials ».

Une autre piste, notamment pour les formations en ligne, consiste à ne puiser que dans des catalogues de contenus pédagogiques digitaux à la réputation bien établie, publiés par des organismes de formation ou des éditeurs issus du Digital Learning, généralistes ou spécialisés. Quelques noms auxquels on pense naturellement : Cegos, Coorpacademy by go1, CrossKnowledge, GoodHabitz, Skillsoft… ou dans des domaines plus ciblés 7Speaking ou Gofluent (langues), le Gymnase du Management, Fictis (RSE)… Des réputations solides résultant de leur ancienneté, de leur réelle vocation pédagogique et d’une volonté chevillée au corps de servir leurs clients au mieux.

Ces deux pistes, qui n’épuisent pas toutes les possibilités de hiérarchiser les contenus de formation, peuvent être croisées (des programmes de formation en ligne certifiés s’appuyant sur des catalogues de grande qualité) pour faciliter la vie des acheteurs de formation. Mais, en matière de simplicité, le compte n’y est toutefois pas encore, car ces contenus provenant de différents catalogues (pourquoi se mettre dans la dépendance d’un seul éditeur ?) devront être intégrés et accessibles depuis le portail de formation unique de l’entreprise cliente.

Quid des market places proposées par les éditeurs de LMS ?

D’ordre technique, la question du portail unique pour délivrer des contenus de divers catalogues tiers concerne aussi les achats : plusieurs catalogues, plusieurs intégrations à réaliser, plusieurs contrats fournisseurs à passer et à conduire.

Les éditeurs de plateformes LMS ont vite entrevu qu’ils pourraient résoudre ce problème en réunissant des éditeurs tiers de contenus sous leur propre bannière, pour se muer en interlocuteur unique (technique et contractuel) du service formation. Ce jeu est toutefois réservé aux leaders du marché LMS, car la sélection et le suivi des partenaires, la curation continue des contenus, l’intégration et la mise à jour des catalogues sur les plateformes clients, sans même parler de l’analyse des besoins de compétences sur laquelle doit s’appuyer le choix des contenus offerts à chaque entreprise : toutes ces tâches, qui sont fortement consommatrices de ressources, dessinent un métier à part entière.

Dans ces activités, Cornerstone se distingue de la plupart des autres opérateurs, pour délivrer un catalogue mixte, pour partie propriétaire (intégrant en particulier le catalogue Grovo acquis plusieurs années auparavant), pour partie constitué de contenus partenaires (cette politique ayant été initiée dès le début des années 2010) ; un catalogue de première grandeur, en nombre de références, en domaines couverts et en qualité.

La curation des contenus par le service formation : market place à part entière 

On en est aujourd'hui les services formation n'ont gère d'autre choix que d'assurer, sur leurs propres ressources, la hiérarchisation et la curation des  contenus. Cette mission, amenée à prendre une place importante dans leur plan de charge, suppose des objectifs, une méthode, des moyens et des outils, un timing… bref, une stratégie adossée à une vision, visant finalement à créer une market place à part entière dans l'entreprise. Nous y reviendrons.

À suivre.

ARTICLES RÉCENTS DANS LA MÊME RUBRIQUE | pratiques
Mesurer l’efficacité des formations : quelles nouvelles méthodes ? •SUITE Des leçons que le « corporate learning » peut tirer de la formation étendue •SUITE
Agenda : les Premium d’e-learning Letter proposent… •SUITE Direction, le mentorat 3.0 : les décideurs formation-RH ont-ils seulement le choix ? •SUITE
Hiérarchisation et curation des contenus de formation en ligne •SUITE 3 étapes pour réussir la Digitalisation de sa formation •SUITE
E-learning Touch’ : pionnier et agence globale du Digital Learning •SUITE La Conférence des Lauréats ? Ce sont les entreprises qui parlent le mieux des réussites du Digital Learning ! •SUITE
Une nouvelle approche de l’expérience d’apprentissage au poste de travail •SUITE La formation « frugale » : comment faire plus et mieux, avec moins… •SUITE
page précédente retour à l'accueil tous les articles
À LIRE CETTE SEMAINE
Faire faire : le nouvel impératif des plateformes de... •SUITE
Crise de l’énergie : quels impacts pour la formation ? •SUITE
Des outils auteurs pour tous : du débutant au concepteur... •SUITE
Mesurer l’efficacité des formations : quelles nouvelles... •SUITE
Identifier, développer et actualiser les compétences... •SUITE
Demain, l’évaluation de la formation : digitale, connectée... •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
Alternant(e) Chef(fe) de Projet digital learning H/F
Lamy Formation
Chef de projet Digital Learning
SYNAKENE
ILS INFORMENT
Gymnase du Management : Un programme du Gymnase dédié au développement de l’intelligence...
AUDACE DIGITAL LEARNING : Comment la formation immersive (immersive learning) peut doper la...
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
Overturning a difficult context for recruiters: Winning with skills
04 OCTOBRE 2022 / Cegid Talentsoft
ENI participe au salon INNN (salon de l’Innovation numérique, de l’Insurtech et du risque)
du 05 OCTOBRE 2022 au 06 OCTOBRE 2022 / ENI
LES PLUS LUS
Une nouvelle approche de l’expérience d’apprentissage au... •SUITE
La nouvelle bataille des contenus de formation •SUITE
10 millions de dollars pour Fifty (le eDoing se porte bien) •SUITE
10 usages de l’intelligence artificielle dans les... •SUITE
La Conférence des Lauréats ? Ce sont les entreprises qui... •SUITE
• SUIVRE ELL
INSCRIPTION NEWSLETTER CONTACTEZ NOUS PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI PUBLIEZ ACTUALITÉ MENTIONS LÉGALES CENTRE DE PRÉFÉRENCES
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2022 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®