ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE ANNUAIRE DES PREMIUM
Leaders du Digital Learning
CONTRIBUTEURS S'ABONNER
À la newsletter
Systématiser la mise en pratique des savoirs grâce au eDoing
27 SEPTEMBRE 2021 / evaluation / publi-reportage
Alexia Cordier
co-fondatrice et ceo
fifty
plus de renseignements sur
Une formation qui n’est pas mise en application, c’est de l’argent perdu ! Dès lors, comment renforcer l’engagement des salariés à mettre en pratique ce qu’ils ont appris ? Alexia Cordier (CEO, Fifty) démontre tout l’intérêt d’une plateforme de « eDoing ». À suivre de (très) près…

Comment s’assurer que les connaissances acquises en formation soient bien, et systématiquement, mises en application en situation de travail ?

Alexia Cordier : Tout d’abord, il faut se demander pourquoi ce transfert est si difficile. Pendant longtemps, l’on a cru que la mise en action allait s’opérer d’elle-même, dès lors que les ingrédients de la connaissance, de la motivation et de la mise en situation étaient réunis pendant la formation. 

Mais il y a une dizaine d’années, deux prix Nobel d’Économie ont prouvé ce que l’on savait déjà implicitement : ce passage ne s’opère pas naturellement, à cause de ce que l’on appelle les biais cognitifs. De façon intéressante, cela a peu de choses à voir avec la mémorisation et la courbe de l’oubli : même si j’ai bien mémorisé ce qu’est être un bon manager, mettre en place de bonnes habitudes va se révéler difficile sans accompagnement spécifique. 

Heureusement, ces chercheurs sont aussi venus avec des solutions, autrement dit des méthodes de mise en action. Une fois digitalisées, celles-ci peuvent être utilisées de manière systématique par un grand nombre de personnes. Elles sont utilisées, par exemple, dans les applications de sport : des plans d’entraînement personnalisés, à relever dans son quotidien. Dans le domaine du L&D (Learning & Development), elles sont au cœur des solutions de « eDoing », qui sont apparues il y a six ans aux Etats-Unis et en France avec Fifty. Ces solutions permettent la mise en action à l’échelle, notamment sur les compétences transverses.

Justement, quelles sont les fonctionnalités d’une solution de eDoing ?

Alexia Cordier : Pour vous répondre, il faut d’abord se pencher sur le fonctionnement du eDoing, qui réunit trois ingrédients

D’abord, la recommandation de micro-actions ou “défis” aux apprenants, qui peuvent alors les accepter et les réaliser. Par exemple, sur de l’Organisation Personnelle : “Envoyer l’agenda en amont de la prochaine réunion que j’organise”. Pour tomber juste, ces défis doivent être personnalisés à l’entreprise, à la formation suivie (si l’on est en blended), et au profil de l’apprenant.

Ensuite, les méthodes d’accompagnement sur le défi qui a été choisi. Par exemple dans Fifty : la planification, l’envoi d’une invitation agenda ou d’un rappel dans Teams, l’engagement auprès de son binôme, etc. L’important étant que ces méthodes soient prouvées, variées et surtout facultatives : tout est à la main de l’apprenant qui sait mieux que personne ce qui l’aide à passer à l’action.

Enfin, la mesure ! L’apprenant garde trace de tout ce qu'il a réussi à faire, ce qui l’encourage et permet de débriefer plus facilement. Les équipes L&D peuvent, elles aussi, suivre la mise en action, avec le nombre et le type de défis réalisés, mais de manière collective pour garantir l’anonymat individuel.

Ce fonctionnement permet d’utiliser le eDoing en blended — pour l’ancrage comportemental de formations — ou en stand alone — pour de la formation par l’action.

Le eDoing permettrait donc à la fois de renforcer la mise en application des savoirs et l’engagement du salarié à se former ?

Alexia Cordier : Sur la mise en pratique des savoirs, c’est certain et assez logique. Réaliser un à deux défis par semaine pendant 30 à 60 jours va permettre la mise en place de nouvelles habitudes. Notre équipe de R&D a prouvé que Fifty multiplie par trois la mise en action. Jusqu’au moment d’ailleurs, où la solution de eDoing ne sera plus nécessaire sur telle ou telle posture.

Mais il faut pour cela accepter de laisser de l’autonomie à l’apprenant : à lui ou elle de choisir ce qui va changer, à quelle vitesse, de rajouter ses propres défis et de décider d’en parler ou non à son formateur ou manager. Introduire une notion de suivi individuel serait contre-productif.

Renforcer l’engagement est ce que j’appelle un « avantage collatéral » de ce type de solution. Utiliser une approche active où l’apprenant expérimente dans son quotidien plutôt que d’assimiler des informations, et qui fait gagner du temps (il ne s’agit pas de rester sur la solution, mais d’en partir rapidement pour réaliser son défi) est plus naturel, et donc plus engageant ! 

Pour en savoir plus sur le eDoing et Fifty, rendez-vous sur la rubrique Sciences de notre site ou prenez-rendez avec notre équipe !

ARTICLES RÉCENTS DANS LA MÊME RUBRIQUE | evaluation
Optimiser la gestion des compétences : affaire de méthode, d’évaluation… et de technologie •SUITE Intelligence Artificielle et micro-credentials : un cocktail hautement performant ! •SUITE
Quand les « micro credentials » viennent dynamiser les formations obligatoires… •SUITE Pour lutter contre le syndrome Jean-Claude Dusse en formation… •SUITE
Évaluer et cartographier les compétences : l’endossement, une pratique efficace sous le feu des projecteurs •SUITE Adaptive-learning et micro-learning by ExperQuiz •SUITE
Faut-il vraiment monétiser la valeur créée par la formation ? •SUITE Micro-Credentials et Open Badges, ce que les professionnels de formation doivent impérativement savoir •SUITE
Auto-diagnostic et benchmarking de la Gestion des Talents en entreprise : les DRH s’approprient le nouvel Index de Cornerstone •SUITE De l’impact de la formation •SUITE
page précédente retour à l'accueil tous les articles
À LIRE CETTE SEMAINE
« Explore » : le programme de formation déployé par CMA CGM... •SUITE
Formation et développement des compétences IT : ce que... •SUITE
Orano DS mobilise le meilleur de l’Immersive Learning pour... •SUITE
Safran enseigne à Safran •SUITE
Offre et demande : des perspectives divergentes sur... •SUITE
Optimiser la gestion des compétences : affaire de méthode,... •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
Directeur(rice) Artistique Senior
SmartCanal
Assistant en Communication et Marketing H/F
ITycom
ILS INFORMENT
Procertif : Qu'est-ce que les Open Badges ?
Mandarine Academy : Les ateliers participatifs, co-construire la formation avec les...
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
Webinar - iSpring & Vyond – Dynamisez vos modules e-learning grâce à la vidéo
23 AVRIL 2024 / E-LEARNING TOUCH'
Boostez la performance de votre entreprise : conjuguez apprentissage et management collaboratifs
23 AVRIL 2024 / 360Learning
LES PLUS LUS
Les normes du Learning revisitées par l'Intelligence... •SUITE
2024 : année record pour les Trophées du Digital Learning •SUITE
Le pouvoir du beau en Digital Learning •SUITE
Qui est le Chef d’orchestre de votre blended learning ? •SUITE
Prévention, santé et sécurité : l’expertise du présentiel... •SUITE
Réinventer la formation en entreprise en développant... •SUITE
• SUIVRE ELL
INSCRIPTION NEWSLETTER CONTACTEZ NOUS PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI PUBLIEZ ACTUALITÉ MENTIONS LÉGALES CENTRE DE PRÉFÉRENCES
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2024 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®