ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE PREMIUM
Leaders du e-learning
CONTRIBUTEURS ANNUAIRE ELL S'ABONNER
Du plaisir de travailler à l'envie d'apprendre…
10 JANVIER 2022 / newnormal
Quand l’entreprise laisse aux collaborateurs une vraie marge de manœuvre dans la conception et l’organisation de leur travail ("Job crafting"), le résultat ne se fait pas attendre : le plaisir et la productivité s'accroissent… Une piste pour concevoir des dispositifs de formation qui donnent envie d'apprendre ?

Job crafting : quand les collaborateurs se voient offrir la possibilité de « designer » leur travail, on constate que la créativité, le bien-être et la satisfaction individuelle s'accroissent, et qu'il en va de même de la productivité collective et de la fidélisation des talents.

Le travail ne cesse d'évoluer et, avec lui, le lien entre l’employeur et l’employé. On sait que cette évolution trouve notamment son expression dans la co-responsabilité en matière d’employabilité, laquelle n’est plus de la seule responsabilité de l’employeur ; l’employé est aussi comptable du développement de ses compétences, l'employeur y apportant sa contribution active (moyens de formation, visibilité des opportunités d’évolution dans l’entreprise).

Autre évolution récemment repérée : le « job crafting », qui semble inspiré de l'entreprise libérée (holacratie) : le job crafting, comme nouvelle approche du travail et de son organisation, donnant la possibilité aux employés de « designer » leur travail. Foin de la fiche de poste et d’une description trop rigide et détaillée des tâches à accomplir : la marge de manœuvre qui leur est offerte se veut étendue, qui doit leur permettre d’exprimer et de développer leur créativité (une « soft skill » essentielle dans l’avenir du travail), et de retrouver un peu du bien-être perdu dans les effets de la pandémie sur le monde du travail.

Et le job crafting semble entraîner des bénéfices individuels et collectifs conséquents. Dans les entreprises qui l’ont mis en œuvre, le stress a baissé chez 92 % des salariés dont le niveau de satisfaction a fortement augmenté, dans une entreprise qu'ils perçoivent comme plus collaborative. Du côté de l’entreprise, les DRH se félicitent d’un moindre turn over et les métiers constatent une hausse de la productivité (source : MIT Sloan Management Review, le job crafting pendant la crise, par Capital.fr).

La formation peut s’inspirer des ressorts du job crafting pour développer le plaisir d’apprendre, sous réserve que la liberté laissée aux apprenants ne se réduise pas à piocher dans un catalogue de contenus en libre-service.

L’approche du job crafting mérite d’être méditée dans les services formation.

Principal levier de développement des compétences et d'employabilité individuelle, la formation veille en permanence à resserrer son lien avec le travail et à  se raccrocher à tout ce qui — dans les innovations au travail, dont le job crafting est un exemple — contribue pratiquement à cette employabilité. S'inspirant des ressorts du plaisir au travail, elle en déduira des enseignements sur la façon de développer aussi le plaisir d’apprendre. 

La formation devra s’adapter à l’émergence du job crafting, de même qu’elle est actuellement en train de se réinventer sous la pression du travail hybride. Dans un monde où les collaborateurs pourraient laisser un plus libre cours à leur créativité au travail, on voit mal comment la formation pourrait les contraindre fortement en matière de contenus, de planning et de formats. Notons aussi que la formation devra préparer et accompagner les employés au nouveau rôle que le job crafting attend d’eux.

Enfin, et surtout, puisqu'il est ici question d’expérience employé (que le job crafting tente d’améliorer) dont l’expérience apprenant est une composante, la fonction formation peut se demander à son tour à quoi pourrait ressembler le « learning crafting », c'est-à-dire une plus grande liberté laissée dans les  apprentissages… Cette liberté ne doit certes pas se limiter au libre-service de vastes catalogues de contenus sur étagère, comme le laisse entendre la tendance aux abonnements « full access ». Si la marge de liberté doit également porter sur les formats ou la circulation dans un parcours de formation, il est nécessaire d'en donner les clés aux apprenants. L'accompagnement devient décidément une dimension clé de la formation en entreprise, sans cesse réactualisée par les promesses du digital learning.

Michel Diaz

page précédente retour à l'accueil tous les articles
À LIRE CETTE SEMAINE
Huit énoncés sur la formation et les compétences « in the... •SUITE
L’œil de la rédaction attiré par des communiqués publiés... •SUITE
L'école Atol lutte efficacement contre le déficit de... •SUITE
Faites la différence avec la formation ! •SUITE
MobieTrain, application de formation des équipes terrain •SUITE
Un sujet clé pour la formation : les compétences cyber des... •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
Intégrateur Pédagogique Multimédia H/F
Elearnis
Business Developer B2B Associé
CLIC-COMPETENCES.FR
ILS INFORMENT
Edflex : Risques psychosociaux : former pour mieux prévenir
Lamy Formation : Créez votre podcast de formation sur mesure !
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
Le Collaborative Learning : 30 minutes chrono pour tout comprendre (mai)
25 MAI 2022 / 360Learning
Club Learning : Le Digital Learning
30 MAI 2022 / FirstGroup
LES PLUS LUS
Les 10 Lauréats des Trophées du Digital Learning 2022 : un... •SUITE
La formation hybride, une solution efficace pour permettre... •SUITE
Apprendre à apprendre ensemble, l’énergie qui transforme le... •SUITE
Quand présentiel et digital s’inspirent mutuellement,... •SUITE
Quel tableau de bord pour les directions formation ? •SUITE
• SUIVRE ELL
INSCRIPTION NEWSLETTER CONTACTEZ NOUS PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI PUBLIEZ ACTUALITÉ MENTIONS LÉGALES CENTRE DE PRÉFÉRENCES
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2022 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®