ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE PREMIUM
Leaders du e-learning
CONTRIBUTEURS ANNUAIRE ELL S'ABONNER
LE DOSSIER | Nouveaux apprentissages numériques : où en est-on ?
De l’intérêt d’un glossaire e-learning dans l’entreprise…
13 DÉCEMBRE 2013 / pratiques
C’est un constat général : les professionnels du e-learning, dans les entreprises et chez les fournisseurs, prennent rarement le temps d’élaborer le dictionnaire des termes dont ils useront avec les autres parties prenantes de la formation… Double dommage : on perd une occasion d’être mieux compris… et de savoir de quoi on parle vraiment !
Il faut voir l’air déconfit d’un manager ou d’un salarié, voire du responsable formation, emporté dans ce jargon diluvien… e-learning, rapid learning, rich media, video learning, blended learning, e-formation, hybrid learning, digital learning, LMS, MOOC, social learning, story board, gameplay, apprentissages mobiles, outils auteurs, assessment, Serious Games, 70-20-10… Un court extrait des fantaisies qu’on se donne, car le secteur déborde de créativité sémantique !

Premier constat : les professionnels ont parfois eux-mêmes du mal à se comprendre ! Ce qui sera  par exemple un « parcours » pour un éditeur de LMS deviendra une « ressource » chez un autre ; une « permission » ici devient un « droit » ailleurs, etc. Encore les vrais experts (souvent les plus lumineux dans leurs explications) parviennent-ils à s’entendre rapidement : ils partagent un savoir, des concepts qui leur permettent une traduction dans les deux sens !

Deuxième constat : rares sont les départements formation qui ont fait l’effort d’élaborer un glossaire du e-learning pour faciliter la communication avec les métiers et les salariés sur les nouveaux dispositifs qu’ils mettent en oeuvre. C’est dommage. D’abord définir les 10 à 15 principaux termes à partager avec les clients internes ou externes, c’est un exercice qui oblige la Formation à s’assurer… qu’elle a bien compris les objets et les concepts qui vont supporter tout l’édifice ! Ensuite, comme il n’est pas question de produire un long dictionnaire que personne ne lira (un défaut fréquent des dictionnaires du e-learning qu’on trouve sur le Web), elle exclure un certain nombre d’entre eux : une décision qui, mine de rien, est déjà d’ordre stratégique, car elle dessine un dispositif et des choix adaptés au contexte et à la culture de l’entreprise. Une sorte de maïeutique, donc, que la Formation s’administre à elle-même.

Les avantages du glossaire s’étendent bien sûr très au-delà. Nous le disions : il est un outil de communication avec les métiers et les salariés, utile à la conduite du changement (qui est largement affaire de pédagogie), utile au marketing de la formation : il s’agit qu’au moins mes clients sachent ce que je leur vends ! Et l’articulation entre glossaire et conduite du changement peut être approfondie : si celle-ci, comme il se devrait, n’est pas initiée après le lancement d’un dispositif e-learning, mais au contraire en amont, à un moment où les parties prenantes ont encore la faculté d’influer sur le design du dispositif, l’élaboration en commun du glossaire est une belle occasion de forger une culture commune du e-learning (de ses enjeux, problématiques, etc.).

Signalons deux autres avantages : mieux vaut disposer d’un dictionnaire interne du e-learning, adapté à l’entreprise, si l’on ne veut pas se voir imposer les dictionnaires de ses différents fournisseurs. Et puis, à l’instar du Dictionnaire de l’Académie, vous mettrez votre glossaire e-learning régulièrement à jour (une fois par an, par exemple) : sorties de terme qui n’y ont plus leur place, nouvelles entrées - une responsabilité toute trouvée pour la fonction veille et curation que les départements formation finiront bien par créer !

Michel Diaz

Tribune initialement parue dans Formaguide
page précédente retour à l'accueil du dossier
LES SPONSORS
LE SOMMAIRE DU DOSSIER
Le e-learning à Saint-Gobain •SUITE
Les 3 grandes tendances des nouveaux apprentissages numériques •SUITE
Du e-learning au Digital Learning : on y arrive ! •SUITE
Digital learning : vecteur de performance pour les entreprises et les services formation •SUITE
Réforme 2014 : ce qui va changer dans les pratiques de formation •SUITE
Quelles leçons tirons-nous de nos activités e-learning 2013… •SUITE
De l’intérêt d’un glossaire e-learning dans l’entreprise… •SUITE
À LIRE CETTE SEMAINE
La nouvelle bataille des contenus de formation •SUITE
Une nouvelle approche de l’expérience d’apprentissage au... •SUITE
MyCertif et Docebo, deux nouveaux Premiums •SUITE
La formation « frugale » : comment faire plus et mieux,... •SUITE
Différenciez-vous par la formation •SUITE
Groupe Cegos : avenir radieux ? •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
Ingénieur pédagogique multimédia H/F
IFAAC - Institut de formation de l’Ecole pratique des métiers de la diplomatie
Chef de projet e-Learning junior (H/F) - CDI
CALLIMEDIA
ILS INFORMENT
ISTF : Produire des contenus e-learning en méthode Agile (EDAT)
ISTF : Maîtriser l’ingénierie financière et réglementaire du digital learning
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
Webinar iSpring : Créez facilement des modules e-learning et rendez votre narration interactive
06 JUILLET 2022 / E-LEARNING TOUCH'
Webinar Vyond - Constatez la facilité de création d'une vidéo professionnelle animée en direct
06 JUILLET 2022 / E-LEARNING TOUCH'
LES PLUS LUS
Quel tableau de bord pour les directions formation ? •SUITE
Le métavers : nouvelle « disruption » en vue dans l’univers... •SUITE
Adaptive Learning : petit tour d’horizon •SUITE
Évaluer la formation : un nouveau paradigme •SUITE
• SUIVRE ELL
INSCRIPTION NEWSLETTER CONTACTEZ NOUS PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI PUBLIEZ ACTUALITÉ MENTIONS LÉGALES CENTRE DE PRÉFÉRENCES
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2022 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®