ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE ANNUAIRE DES PREMIUM
Leaders du Digital Learning
CONTRIBUTEURS S'ABONNER
À la newsletter
LE DOSSIER | Blended Learning : où en est-on ?
Ce qui fait évoluer le Blended Learning
21 MARS 2016 / tendances
Blended Learning… L’expression s’est imposée dans le champ de la formation. D’autres sont apparues - formation mixte, hybride, ubiquitaire… sans pouvoir la remplacer. Il ne faut pourtant pas s’y tromper : le Blended Learning a beaucoup évolué ces dernières années, même si les entreprises en ont encore une vision conservatrice.

E-learning contre stage ? On a oublié cette bataille d’Hernani du début des années 2000. Les Modernes : le e-learning va creuser la tombe du présentiel ; les Anciens : aucune chance que le e-learning dure, puisque ce n’est pas de la formation (entendue dans son sens canonique : formation égale cours en salle) ! Gagnants : les Anciens, aidés des offres e-learning de fait trop médiocres pour séduire durablement les apprenants. Le présentiel s’est donc maintenu (principalement sous la forme du stage) et l’ensemble des offres, processus, jeux des acteurs qui vont avec. Toutefois les avantages “business” du e-learning (auto-formation en ligne) restaient tels - optimisation des coûts, raccourcissement des délais de formation, etc. - que le stage a dû composer avec lui.

Les querelleurs signent une trêve : c’est le Blended Learning, première manière… Le stage saupoudré de e-learning, avant et après, et quand la personne ne peut participer au stage, elle se contentera de ces contenus en ligne. Un compromis donc, qui arrange tout le monde : le Blended Learning demeure l’affaire des professionnels (formateurs, entreprises et organismes de formation), l’apprenant n’est guère consulté. Le Blended Learning comme simple extension (digital réactive) de ce qui se faisait : beaucoup d’entreprises en sont encore là, et leurs prestataires de formation traditionnels aussi qui se gardent de trop pousser les feux de l’innovation (il s'agit de ne pas cannibaliser les revenus de toujours).

Ce qui se dessine pourtant : un monde où les dispositifs de formation ne sont plus conçus dans un entre-soi de spécialistes (“les professionnels de la profession” de Jean-Luc Godard) ; un monde où ce sont les usages qui décident, c’est-à-dire les apprenants, utilisateurs, “users”… peu importe leur nom pourvu qu’on évite le terme d’usager ! Le Blended Learning part donc de l’apprenant (profil, métier, activités au quotidien, interactions dans l’entreprise) ; c’est l'apprenant qui décide du succès des offres délivrées par le département formation, lequel doit donc étudier vite et de très près la question des usages, mobiles et sociaux en particulier.

Ce qui fait évoluer le Blended Learning ? C’est ce glissement du formateur (/ concepteur / professionnel) à l’apprenant (/ consommateur de formation). Avec un point de fuite : toujours plus de distanciel et de virtuel, un cours en salle dont le champ se réduit considérablement au profit de l’apprentissage au poste de travail, et qui devra se réinventer pour justifier ses coûts, une redéfinition de l’action de formation pouvant supporter les diverses modalités qui permettent aujourd’hui de se former et de s’informer, et qui sera doublement brève, car, du point de vue de l’apprenant, plus court c’est mieux, et les offres doivent se succéder rapidement faute de lasser.

C’est ce mix formation, plus souple, plus riche que le département formation doit aider à émerger et se développer, car c’est celui qu’attendent les apprenants. Le stage n’est pas exclus de ce mix formation, au contraire. Mais ce qui l’est, c’est de penser toute solution de formation à partir du stage. Dans les changements en cours, on voit bien que ce rôle central sera dévolu aux plateformes digitales, comme support des interactions entre le salarié, l'utilisateur et son écosystème d’apprentissage (ressources d’auto-formation, échanges avec les formateurs, les experts et la communauté des co-apprenants). C'est ce que nous disent, chacun à sa manière, tous les contributeurs de ce nouveau Dossier de la rédaction de e-learning Letter :  "Blended Learning : où en est-on ?". 

Michel Diaz

page précédente retour à l'accueil du dossier
LE SOMMAIRE DU DOSSIER
Ce qui fait évoluer le Blended Learning •SUITE
Blended Learning "responsive" chez Clarins •SUITE
Le Blended Learning, ça ne marche pas, sauf si… •SUITE
Formation ubiquitaire : vers où converge toute la formation •SUITE
Le blended learning devrait (enfin) s’imposer ! •SUITE
À LIRE CETTE SEMAINE
L'IA : tous les professionnels de formation s’y mettent... •SUITE
L’avenir du Groupe Le Duff passe par l’engagement (et la... •SUITE
Workforce Agility : impératif de performance durable ? •SUITE
Derniers feux avant la plage (ou la montagne) ? •SUITE
Trophées 2025 : la balle (très) bientôt dans le camp des... •SUITE
Le département formation est-il menacé de disparaître ?... •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
H/F CSM - Chef de projet LMS
XPERTEAM
Business Developer digital learning
INGENIUM DIGITAL LEARNING
ILS INFORMENT
EXPERQUIZ : Du nouveau sur ExperQuiz !
Mandarine Academy : Comment l’IA accompagne la formation 
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
WEBINAR : Façonner les leaders de demain grâce au coaching
17 JUILLET 2024 / Skillsoft
Démo de la plateforme e-learning Didask
18 JUILLET 2024 / DIDASK
LES PLUS LUS
Changement de paradigme : pourquoi la fonction formation... •SUITE
Les voix IA de ReadSpeaker entrent en force dans... •SUITE
« Explore » : le programme de formation déployé par CMA CGM... •SUITE
Optimiser la gestion des compétences : affaire de méthode,... •SUITE
• SUIVRE ELL
INSCRIPTION NEWSLETTER CONTACTEZ NOUS PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI PUBLIEZ ACTUALITÉ MENTIONS LÉGALES CENTRE DE PRÉFÉRENCES
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2024 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®