ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
• • ACTUALITÉS • ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE • PREMIUM
Leaders du e-learning
• CONTRIBUTEURS • ANNUAIRE ELL
RECHERCHE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • CONTACTEZ NOUS • PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI • PUBLIEZ ACTUALITÉ
L'IA et les soft skills permettront d’affronter un avenir incertain
09 MARS 2020 / tendances / publi-reportage
Pierre de Champsavin
product marketing manager learning
talentsoft
plus de renseignements sur
talentsoft
Un progrès technologique qui accélère sans cesse, créant des nouveaux postes qui peinent à trouver preneurs, faute des compétences requises… Des compétences techniques à durée de vie écourtée… Il est décidément critique d’aider les collaborateurs à revoir et développer leurs compétences… La solution passe par une formation mobilisant les données collaborateurs pertinentes… 

La 4ème révolution industrielle rend l’avenir très difficile à lire et à anticiper. Chaque jour apporte une innovation technologique qui entraîne des bouleversements organisationnels, rebattant inexorablement les cartes pour les entreprises comme pour les collaborateurs.

Ces innovations rendent les “hard skills” obsolètes de plus en plus rapidement dans tous les corps de métier. Il devient ainsi plus délicat pour les organisations d’avoir une vue globale de leurs compétences actuelles et, surtout, les collaborateurs ont davantage de difficultés à se projeter dans le futur.

Dans ce contexte, les organisations doivent se doter d’outils performants pour détecter et former leurs effectifs efficacement ; quant au collaborateur, il s’agit de l’aider à transformer ces incertitudes en opportunités, notamment dans le nouveau rôle qui lui est dévolu du fait de sa collaboration amplifiée avec la technologie. Dans ce contexte, les soft skills - capacité à apprendre et à désapprendre, à s’adapter sans se renier, à résoudre des problèmes complexes par exemple dans des situations émotionnelles mêlant du technique et du savoir métier - sont indispensables.

L’Intelligence Artificielle au service de la formation personnalisée

Quel buzz autour de l’Intelligence Artificielle (IA) ! On pourrait croire qu’elle permet de remédier à tous les maux des organisations… L’IA, ce n’est pourtant pas une baguette magique, mais des algorithmes parfaitement inutiles s’ils ne travaillent pas sur de bonnes données !

Le premier sujet, c’est donc celui de la collecte des données dont l’IA a besoin pour donner sa pleine efficacité. Pour une entreprise ou pour les particuliers, offrir ses données ne va pas de soi, compte tenu de tout ce qu’on peut entendre sur leur utilisation par les GAFAs (Google, Apple, Facebook et Amazon). Pourtant, les données collaborateurs sont essentielles pour les accompagner dans leurs carrières, leur proposer les formations personnalisées dont ils ont besoin, ou des défis ou des opportunités qu’ils ne pouvaient soupçonner.

En effet, c’est en corrélant les données correspondant aux aspirations du collaborateur, à son poste dans l’organisation, à ses compétences, ou aux probables évolutions de l’organisation et aux tendances du marché, etc. que les algorithmes le mettront sur la voie des meilleures perspectives de carrières et des formations dont il aura besoin pour s’y engager.

Cette approche n’a aucune chance d’aboutir, insistons-y, sans la confiance du collaborateur dans l’exploitation de ses données dans l’organisation ; confiance et transparence de rigueur, donc.

Mettre en place les conditions du succès pour valoriser les collaborateurs

Le secteur des technologies destinées aux activités RH et formation connaît actuellement un véritable âge d’or. Tous les outils et possibilités dont les services formations, en particulier, ont toujours rêvé sont à disposition. Si les collaborateurs sont mis dans des conditions de confiance et de transparence, s’ils acceptent de partager leurs données, et si l’ensemble de ces données et des outils se retrouvent sur une plateforme RH-formation centralisée, alors l’IA peut les aider dans les contours de leur carrière future.

Les collaborateurs acceptent aussi de fournir leurs données, parce qu’elles les aident à mieux se connaître. Se connaissant mieux, identifiant leur biais, ils pourront diriger leur énergie sur les domaines de plus grande valeur pour eux, ceux qu’ils souhaiteraient approfondir ; ils pourront se découvrir des compétences jamais encore utilisées… Tout le monde y gagne !

Que l’on soit une organisation, un manager ou un collaborateur, il faut au fond se demander si nous sommes prêts à entendre des suggestions et à recevoir des conseils de la part d’une IA ! Peut-elle seule réussir à nous encourager à prendre des risques et à tenter de nouvelles choses ? La réponse, en général, est… non.

C’est alors qu’il faudra compter sur des managers (retour en force de l’humain) pour communiquer les messages et accompagner individuellement chaque collaborateur. Le Learning sera, bien évidemment, l’un des moyens les plus pertinents pour accompagner chaque individu dans son évolution.

Le contexte d’automatisation massive qui caractérise la 4ème révolution industrielle a, et continuera d’avoir, des conséquences sur toute une série de postes. En parallèle, les progrès technologiques déboucheront sur la création de nouveaux postes que peu de personnes sont actuellement capables d’occuper, faute des compétences requises. Si l’on ajoute que les compétences techniques ou “hard skills” deviennent en moyenne obsolètes en 4 ans, il est critique que les collaborateurs s’adaptent et renforcent leurs compétences tout en en développant de nouvelles. Les soft skills, ces compétences transverses et éminemment humaines, sont décidément essentielles !

ARTICLES RÉCENTS DANS LA MÊME RUBRIQUE | tendances
Formation linguistique pour tous… et personnalisée : aucune incompatibilité ! •SUITE Comment la formation peut aider à créer des champions… •SUITE
Le monde phygital : comment les territoires apprennent •SUITE Pour la feuille de route « data » dans le champ formation-RH •SUITE
Le coaching pour tous n’est plus un rêve… •SUITE 20 questions sur l’impact de la formation linguistique sur le business •SUITE
La formation est-elle morte ? •SUITE Game Based Learning, si vous voulez la paix des ménages ! •SUITE
Grand angle : le nouveau radar du Responsable formation-RH •SUITE 6 conseils pour promouvoir le bonheur au travail •SUITE
page précédente retour à l'accueil tous les articles
À LIRE CETTE SEMAINE
Comment Alstom aide ses collaborateurs et cadres à... •SUITE
« Ça ne fonctionnera jamais à distance, vive la formation... •SUITE
Formation linguistique pour tous… et personnalisée : aucune... •SUITE
La gamification du portail de formation : levier... •SUITE
Plateforme LMS « multi-tenants » : Moodle sait faire grâce... •SUITE
Pour la feuille de route « data » dans le champ formation-RH •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
Intégrateur multimédia e-formation H/F
L’ENSP (Ecole Nationale Supérieure de la Police)
Business Developer B2B SaaS F/H
TEACH ON MARS
ILS INFORMENT
E-LEARNING TOUCH' : E-learning Touch’ lance son nouveau site internet et révolutionne son...
BEVIEW : BEVIEW - Plaquette de présentation Solutions Digitales 3D pour la...
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
Webinaire : Comment déconcentrer l'administration d'une plateforme moodle
15 JUIN 2021 / moofactory
E-TIPI LEARNING participe à VIVATECH 2021 - Le rendez-vous des StartUps & Leaders !
du 16 JUIN 2021 au 19 JUIN 2021 / E-TIPI LEARNING
LES PLUS LUS
• Les 11 Lauréats des Trophées du Digital Learning 2021…... •SUITE
• Classes virtuelles : une vaguelette qui clapotait depuis... •SUITE
• La formation chez Kiabi : la crise même pas peur ! •SUITE
• Classe virtuelle : le raz de marée •SUITE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • INFO FOURNISSEUR • CONTACTEZ NOUS • MENTIONS LÉGALES • CENTRE DE PRÉFÉRENCES • DERNIÈRE NEWSLETTER
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2021 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®