ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE PREMIUM
Leaders du e-learning
CONTRIBUTEURS ANNUAIRE ELL S'ABONNER
Pourquoi se contenter d’un seul portail de formation ?
24 JANVIER 2022 / technologies / publi-reportage
Elodie Primo Amado
ceo
mos - mindonsite










plus de renseignements sur
Pour Elodie Primo (CEO, MOS-MindOnSite), une entreprise ne saurait désormais se contenter d’un seul portail de formation. C’est vrai dans les plus grandes, dont les diverses « BU » ont des attentes spécifiques ; c’est vrai dans les moins grandes qui doivent former leur personnel, ainsi que leurs partenaires. Dans cette « entreprise étendue », la pluralité des portails est la règle !

Une entreprise peut-elle se contenter d’un seul portail de formation alors que les besoins et les populations d’apprenants sont si variés ?

Elodie Primo : Rappelons d’abord qu’un portail de formation, c’est un portail web, et donc un site web auquel l’utilisateur accède depuis son PC, smartphone ou tablette, via son navigateur web habituel, et qui requiert une authentification pour accéder à des in-formations. L’accès à celles-ci se fait soit en cliquant sur des widgets ou services actifs, soit en passant par un moteur de recherche, de préférence à facettes, pour filtrer la collection de ressources à partir d'une ou plusieurs critères. Souvent, un portail pointe vers d’autres portails, de sorte qu’on pourrait le qualifier de « super ou méta-portail ».

Dans ce contexte, on peut considérer que les plateformes LMS/LXP sont des générateurs de portails, car elles permettent de créer autant de portails de formation que l’entreprise possède de marques, de métiers, de populations d’apprenants à servir.

Le portail est donc la porte d’entrée d’un dispositif de formation — ensemble organisé de ressources, activités et services pédagogiques — qui est composé d’espaces d’apprentissage physiques ou virtuels combinant des modalités d’apprentissage variées dans le temps (synchrone, asynchrone) et dans la communauté apprenante (seul, en binôme ou en groupe). On comprend qu’il faille veiller à la cohérence entre ces espaces d’apprentissage, à leur interrelation comme à leur complémentarité.

C’est un constat qu’on peut faire, par exemple, dans les dispositifs de formation d’intégration…

Elodie Primo : En effet, parce que l’onboarding peut se découper en plusieurs phases pour les futurs collaborateurs, partenaires ou clients — on peut « onboarder les clients ! » — avec notamment un portail de pré-boarding qui va laisser place au portail onboarding pour guider les premiers pas et ensuite ouvrir l’accès au portail métier ou produit.

On parle aussi de reboarding qui concerne les anciens collaborateurs revenant travailler dans l’entreprise ou les clients qui changent d’employeur, mais vont réutiliser le produit dans ce nouveau contexte. On peut penser, par exemple, au reboarding mis en place post Covid dans les portails de formation, pour actualiser les nouvelles pratiques et outils digitaux, les mesures de sécurité, certaines procédures, et pour faciliter la communication pour répondre à la souffrance mentale qui s’est développée pendant la crise.

La formation des partenaires de l’entreprise doit-elle passer par un portail spécifique ?

Elodie Primo : Même si les portails partagent la finalité de donner à chacun les outils, les ressources et les connaissances nécessaires à sa réussite, le design du portail, son « ambiance », le registre de communication, les services apportés, différeront. Si le portail doit servir les clients, le département marketing et la communication souhaiteront justement que la marque puisse pleinement s’y exprimer et que le portail soit parfaitement fidèle à la charte. Au plan technique, un lien devra être fait entre, d’une part, le portail de formation, et, d’autre part, les comptes clients enregistrés dans le CRM, et non la base des salariés du SIRH. En matière de traitement des données, le RGPD aura des implications différentes. Pouvoir bénéficier de plusieurs sites ou instances devient alors indispensable.

La gamification, qui est très liée à la culture de l’organisation et à son marché, et qui est un levier important d’engagement, doit voir ses modalités adaptées aux objectifs collectifs et individuels. Il faudra compter avec les pratiques d’émulation, de récompense ou de reconnaissance, et surtout déterminer que ce qu’on souhaite valoriser ou promouvoir. ​

La solution réside donc dans un principe de « pluralité des portails de formation » ?

Elodie Primo : Oui, le portail se décline au pluriel, parce qu’il ne peut exister aucune interface ni jeu de services unique capable de couvrir toute expérience utilisateur et d’individualiser de façon poussée les apprentissages. On pourrait aussi mentionner la notion d’écosystème, qui s’apparente à celle de « super portail » évoquée plus haut : dans pareil écosystème, les utilisateurs auront un accès différencié, en fonction de leur profil, à plusieurs dispositifs, à une communauté d’utilisateurs, aux divers LMS utilisés dans l’organisation, aux portails de formation d’organismes de formation externes, etc.

Comment s’assurer que le coût des portails et du digital learning ne va pas s’envoler ?

Elodie Primo : Une approche rationnelle et économique consiste à industrialiser et mutualiser ce qui peut l’être, ne serait-ce que pour ne pas refaire ce qui a déjà été fait ! Pour les contenus, il faudrait idéalement créer une bibliothèque, un répertoire d’objets de formation, qui pourront être organisés dans des parcours personnalisés. En matière de bonnes pratiques, il faudra optimiser les modes de fonctionnement et progresser comme doit le faire toute bonne « entreprise apprenante ». 

Même remarque avec les processus et les supports : plutôt que de repartir d’une feuille blanche, mieux vaut les modéliser, en utilisant notamment des modèles (templates, en particulier) dans la génération des portails et des contenus, ce qui renforce au passage la cohérence graphique et les services délivrés par les portails. Les modèles que je viens de mentionner peuvent aussi être appliqués dans le champ des séquences pédagogiques ou de leur assemblage dans un parcours blended learning.

L’administration des portails n’en est pas plus complexe ?

Elodie Primo : Non, parce que l’administration peut être centralisée ou décentralisée en fonction du contexte. La plateforme doit permettre l’automatisation des inscriptions selon le profil et la progression de l’utilisateur, mais aussi de la communication et des notifications. Certains programmes de formation pouvant toucher l’ensemble de l’écosystème apprenant, nous devons pouvoir en globaliser l’administration.

Actualités de MOS – MindOnSite 

Pour booster la formation et en simplifier la gestion, MOS – MindOnSite a récemment annoncé son partenariat avec l’éditeur et intégrateur SIRH Adequasys. Un mariage de raison, fondé sur une vision partagée de l’écosystème digital de formation-RH, pour couvrir plus complètement et mieux intégrer les besoins formation-RH de leurs clients. Cliquez ici pour en savoir plus sur ce partenariat.

ARTICLES RÉCENTS DANS LA MÊME RUBRIQUE | technologies
MyCertif et Docebo, deux nouveaux Premiums •SUITE Quoi de neuf dans le mobile learning ? •SUITE
Quels critères pour choisir le partenaire qui accompagnera votre projet LMS moodle™ ? •SUITE La formation : premier levier de transformation individuelle et collective •SUITE
Mise en œuvre d’une plateforme open source moodle : un prestataire se révèle vite indispensable •SUITE Votre plateforme de formation supporte-t-elle vraiment le blended learning ? •SUITE
Piloter, créer, engager et coacher avec le xLMS •SUITE Avez-vous (vraiment) besoin d’une plateforme LMS… Sinon d'un xLMS ? •SUITE
Le développement des compétences concilie stratégie d'entreprise et aspirations individuelles •SUITE LMS365 : la plateforme de formation pleinement intégrée à l’environnement numérique Microsoft •SUITE
page précédente retour à l'accueil tous les articles
À LIRE CETTE SEMAINE
Une nouvelle approche de l’expérience d’apprentissage au... •SUITE
MyCertif et Docebo, deux nouveaux Premiums •SUITE
La formation « frugale » : comment faire plus et mieux,... •SUITE
Différenciez-vous par la formation •SUITE
Groupe Cegos : avenir radieux ? •SUITE
Quoi de neuf dans le mobile learning ? •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
Ingénieur pédagogique multimédia H/F
IFAAC - Institut de formation de l’Ecole pratique des métiers de la diplomatie
Chef de projet e-Learning junior (H/F) - CDI
CALLIMEDIA
ILS INFORMENT
ISTF : Rendre ses classes virtuelles engageantes
ISTF : Concepteur de ressources e-learning
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
Club Learning : De la formation à l'organisation apprenante
30 JUIN 2022 / FirstGroup
Logiciel de gestion administrative : comment METRO accompagne sa prise en main avec Lemon Learning
30 JUIN 2022 / LEMON LEARNING
LES PLUS LUS
Quel tableau de bord pour les directions formation ? •SUITE
Le métavers : nouvelle « disruption » en vue dans l’univers... •SUITE
Adaptive Learning : petit tour d’horizon •SUITE
Évaluer la formation : un nouveau paradigme •SUITE
Deux réflexions sur l’innovation en formation •SUITE
• SUIVRE ELL
INSCRIPTION NEWSLETTER CONTACTEZ NOUS PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI PUBLIEZ ACTUALITÉ MENTIONS LÉGALES CENTRE DE PRÉFÉRENCES
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2022 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®