ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
• • ACTUALITÉS • ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE • PREMIUM
Leaders du e-learning
• CONTRIBUTEURS • ANNUAIRE ELL
RECHERCHE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • CONTACTEZ NOUS • PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI • PUBLIEZ ACTUALITÉ
Le Serious game : marché en déclin ou en pleine mutation ? Par Julian Alvarez
24 JUIN 2016 / marche
Julian Alvarez
professeur
université à lille 1
En 2002, l’armée US propose America’s Army, un Serious Game qui correspondrait aujourd’hui à un “Call of Duty" ou “Battlefield”. Sauf que… America’s Army est diffusé gratuitement sur Internet, et téléchargé sans surprise par plusieurs millions de joueurs dans le monde !

Ce jeu permet à l’armée US de promouvoir ses valeurs ; elle propose à ses recrues de s’entraîner contre des adversaires aguerris (les joueurs sur la Toile) ; le jeu comme outil de recrutement. Ce succès aide à prendre conscience du potentiel du jeu vidéo, qui n’est pas simplement fait pour se divertir. 

Le marché français du serious game  en 2016 : quelques millions d’euros au mieux.

Bon nombre des studios français qui produisent des Serious Games attendent toujours l’explosion du marché qui était prédite par les études économiques, notamment les milliards d’euros qui devaient être atteints en 2015 ! Alors que les studios restent de petites entités, et que leur dirigeants conviennent que le marché français du Serious Game peut être estimé à quelques millions d’euros au mieux.

Pourquoi ?

Sans doute parce que d’autres acteurs ont investi et transformé le marché du Serious Game. Par exemple dans le champ de l’éducation où plusieurs sociétés de jeux vidéo ont su mobilisé des collectifs d’enseignants nationaux ou internationaux autour de titres vidéo-ludiques phares : Electronic Arts avec son jeu Sim City qui se décline en Sim City Edu. Ou Valve qui propose une version éducative de son jeu Portal. Ou encore Microsoft qui a racheté Minecraft et sa version éducative MinecraftEdu

Cette dynamique devrait se poursuivre, car elle est un moyen, pour ces nouveaux acteurs du serious game, de re-dynamiser leurs offres et d’amortir leurs investissements en R&D sur d’autres marchés que celui du seul divertissement. C’est également pour eux une approche marketing pour promouvoir leurs licences au sein de l’enceinte scolaire - ce qu’on appelle de l’Edumarketgame ! L’exemple proposé par le studio Rovio, auteur d’Angry Birds, est parlant : son département appelé “Fun Learning” lancé en 2015 vise à utiliser leurs jeux dans le domaine éducatif. Rovio va jusqu’à recruter des chercheurs pour développer cette activité.

Cette recension vaut aussi dans le secteur de la santé investi par Nintendo, Namco Bandai ou encore UbiSoft par exemple.

Si le marché français stagne, les milliards du serious game n’auraient pas disparu pour tout le monde, puisqu’on les retrouverait en partie chez les gros acteurs de l’industrie vidéoludique (Microsoft a acquis la licence de Minecraft auprès de Mojang pour 2 milliards de dollars en 2014).

Reste à savoir comment le monde de l’éducation va accueillir les Edumarketgames ? Il est possible que l’appropriation soit au rendez-vous car les enseignants sont impliqués en amont des productions. Les enseignants et les chercheurs peuvent ainsi exposer leurs besoins, exprimer leurs idées et éventuellement se montrer garants d’une certaine éthique quant à l’introduction et la promotion de licences vidéo-ludiques en classe. 

L’avenir possible des petits studios de serious game

Dans ce contexte, il est fort probable que les petits studios puissent toutefois tirer leur épingle du jeu, notamment en apportant leur expertise aux gros acteurs de l’industrie vidéo-ludique. Au lieu de développer des gameplays associant des fonctions utilitaires, ils pourraient se focaliser sur une activité de level design à visée sérieuse : au lieu de créer un Serious Game dans sa globalité, ils partiraient de jeux commerciaux existants pour se focaliser sur l’édition de niveaux afin d’y injecter les aspects utilitaires. Quant à savoir si les petits studios de Serious Games continueront alors d’exister en tant qu’entités autonomes ou bien s’ils seront peu à peu absorbés pour devenir des services internes, on peut d’ores et déjà se le demander.

Dans ce contexte, il est probable que certains crieront à la fin du marché du Serious Game, quand il se sera, pour d’autres, tout simplement industrialisé à travers son intégration dans l’industrie vidéoludique.

ARTICLES RÉCENTS DANS LA MÊME RUBRIQUE | marche
Condensés de stratégie Digital Learning : 4 webinaires •SUITE Les chiffres 2021 du Digital Learning •SUITE
Des défis pour les professionnels de formation… •SUITE Le Mobile Learning : dernières nouvelles du front •SUITE
Solutions RH - e-learning Expo contre vents et marées •SUITE 2Spark acquis par Syfadis acquis par Orians… un groupe qui comptera •SUITE
Quelques chiffres sur les pratiques de formation… encore valables ? •SUITE Le Blended Learning 100% en ligne, on s'en approche ! •SUITE
Votre agenda en mars : des Premiums sur tous les fronts •SUITE Saba acquis par Cornerstone (Jean qui pleure, Jean qui rit) •SUITE
page précédente retour à l'accueil tous les articles
À LIRE CETTE SEMAINE
Retour des salariés… attention danger ! •SUITE
Le Digital Learning en quelques dates •SUITE
Le coaching pour tous n’est plus un rêve… •SUITE
Comment DEKRA a formé ses concepteurs de ressources... •SUITE
Synchroniser les compétences et la formation en quasi temps... •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
Business Developer Grands Comptes F/H
TEACH ON MARS
Graphiste / Développeur Storyline
FORA FORMATION
ILS INFORMENT
Cornerstone OnDemand : Le Groupe VITAMINE T s’équipe de l’ensemble des solutions éditées par...
Skillsoft : De la crise au travail hybride : quel accompagnement du service...
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
Webinar Ice-breaking & jeux pédagogiques
18 MAI 2021 / Glowbl
Les clés de l'expérience client dans le domaine du retail : vers une utilisation performante des CRM
18 MAI 2021 / tts France
LES PLUS LUS
• Les 11 Lauréats des Trophées du Digital Learning 2021…... •SUITE
• Classes virtuelles : une vaguelette qui clapotait depuis... •SUITE
• La formation chez Kiabi : la crise même pas peur ! •SUITE
• Organisation apprenante, Mazars ne transige pas sur la... •SUITE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • INFO FOURNISSEUR • CONTACTEZ NOUS • MENTIONS LÉGALES • CENTRE DE PRÉFÉRENCES • DERNIÈRE NEWSLETTER
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2021 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®