ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
• • ACTUALITÉS • ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE • PREMIUM
Leaders du e-learning
• CONTRIBUTEURS • ANNUAIRE ELL
RECHERCHE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • CONTACTEZ NOUS • PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI • PUBLIEZ ACTUALITÉ
• LE DOSSIER / Le Digital Learning à l’heure de la stratégie
Toute stratégie digital learning est unique
18 NOVEMBRE 2019 / pratiques
Michel Diaz
directeur associé
féfaur
plus de renseignements sur
féfaur
Il faut parler de stratégies digital learning au pluriel, car une Direction Learning & Development ne peut se contenter de plaquer ce qui a bien marché ailleurs… Une telle stratégie est donc unique… Mais il n’est pas interdit d’identifier des points de ressemblances ni a fortiori d’éviter des erreurs “universelles”.

La stratégie Digital Learning est plurielle

Une erreur fréquente serait de vouloir plaquer sans discernement une stratégie digital learning qui a fait ses preuves dans une autre entreprise. Comment imaginer que des contextes (marché, culture d'entreprise, métier, organisation, dispositif de formation…) et des besoins qui ne sauraient se recouvrer entièrement puissent être servis par un seul et même ensemble de recettes, contenus, technologies…

Bonne pratique : identifier ce qu’il y a de vraiment spécifique, d’idiosyncrasique à son entreprise, pour en tenir compte dans l’élaboration de la stratégie digital learning.

Dans cette pluralité stratégique, des configurations types émergent

Un ordre existe dans la pluralité des stratégies digital learning. C’est celui de ce que Féfaur désigne par “configurations stratégiques”, pour qualifier des configurations types qui émergent dès lors qu’un certain nombre de critères sont respectés. Le plus simple est de prendre l’exemple de la configuration stratégique digital learning pour le retail : quel que soit leur secteur d’activité, quand il s’agit de former leur réseau de distribution les entreprises partagent une grande partie du contexte, des besoins et des contraintes de formation : des vendeurs qui ne peuvent se former sur l'ordinateur du point de vente réservé aux opérations de caisse ; le risque qu’ils soient “dérangés” à tout moment de leur formation (par un client) ; le besoin de se former aux valeurs et à l'univers de la marque, aux produits dès leur lancement, etc. Dans cette configuration type autour de laquelle on peut imaginer des variations en fonction du secteur d’activité (la vente de produits industriels différant de celle des produits de luxe), on peut aussi distinguer des sous-configurations, notamment selon que le réseau est propriétaire ou indépendant (la question du tracking des temps passés en formation ne se présente pas de la même façon dans les deux cas). On ajoutera que ces configurations donnent leur pleine expression dans les Trophées du Digital Learning* qui permettent à des dizaines de projets réussis d’illustrer le meilleur des stratégies digital learning. 

Bonne pratique : identifier dans les éléments de contexte, de besoins de formation, de contraintes une configuration type dont la Direction Learning & Development pourra s’inspirer.

Certaines erreurs sont universelles

Au-delà de la configuration dans laquelle une Direction Learning & Development a pu reconnaître son type de projet, on peut être assuré que certaines erreurs sont universelles : elles concernent en effet la plupart des entreprises qui ont eu à développer une stratégie digital learning. L’espace manque ici pour en dresser la liste, mais on pourrait citer quelques exemples d’erreur, et leurs remèdes : 

  • Démarrer par le choix d'un outil ou d'une plateforme - erreur à combattre par la prise en compte de tous les domaines que doit englober la stratégie (en utilisant par exemple le modèle du Schéma Directeur Digital Learning Féfaur) ;
  • L'oubli de lignes dans le budget digital learning (par exemple la ligne consacrée à la conduite du changement) auquel on peut remédier en travaillant sérieusement au budget prévisionnel de la stratégie ;
  • Le mauvais choix des acteurs clés et du mode de gouvernance : du digital learning manager qui se voit en héros solitaire au responsable formation qui réunit tellement de monde autour de la table que le projet perdra son sens dans le sable des intérêts contradictoires. 

Bonne pratique : imaginer toutes les erreurs qui peuvent être faites, et leur inversion / dépassement sous forme de bonnes pratiques. Exercice collectif  d'imagination pour la Direction Formation, par exemple lors d’un atelier accompagné par un consultant chevronné. 

*Actualité :

Michel Diaz présidera les travaux du prestigieux Jury réuni par Féfaur pour décider de l’attribution des 2èmes Trophées du Digital Learning, lors d’une cérémonie qui se tiendra le 19 mars 2020 dans le cadre de Solutions RH - E-learning Expo, salon européen du digital learning et de la gestion des talents. Près de 60 dossiers de candidatures ont déjà été téléchargés, présageant un dépassement des 80 candidatures enregistrées à l’édition 2019.

page précédente retour à l'accueil du dossier
LES SPONSORS
LE SOMMAIRE DU DOSSIER
• Le Digital Learning à l’heure de la stratégie •SUITE
• Piloter sa stratégie Digital Learning, la contextualisation s’impose ! •SUITE
• L'horizon proche de la formation “dans le flux de la vie” •SUITE
• Construire la digitalisation du système de formation - un chemin à benchmarker •SUITE
• Le futur du Digital Learning est déjà en marche : un nouveau paradigme pour l’apprentissage •SUITE
• Toute stratégie digital learning est unique •SUITE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • INFO FOURNISSEUR • CONTACTEZ NOUS • MENTIONS LÉGALES • CENTRE DE PRÉFÉRENCES • DERNIÈRE NEWSLETTER
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2019 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®