ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE PREMIUM
Leaders du e-learning
CONTRIBUTEURS ANNUAIRE ELL S'ABONNER
Un sujet clé pour la formation : les compétences cyber des salariés
13 MAI 2022 / pratiques
Michel Diaz
directeur associé
féfaur










Le télétravail a considérablement accru les risques en matière de cybersécurité. Les salariés ont une perception erronée de leurs compétences cyber. La formation peut agir sur les biais cognitifs individuels qui fragilisent la cybersécurité de l’entreprise.

Le télétravail a considérablement accru les risques en matière de cybersécurité.

Tant que l’informatique se jouait dans les locaux de l’entreprise, sur des matériels et des logiciels étroitement surveillés par les DSI, le risque d’intrusion dans le SI était relativement restreint. La situation s’était certes dégradée avec le développement de l’informatique nomade (celle des commerciaux sur le terrain, par exemple), puis avec le BYOD (Bring Your Own Device) né de la vague des smartphones (l’utilisation à titre professionnel d’un équipement privé). Mais, la généralisation du télétravail bouscule cette donne, car l’environnement numérique de l’entreprise s’est étendu aux domiciles des télétravailleurs. Ce n’est pas sans poser problème : les particuliers manquant souvent de vigilance dans l’usage de leur équipement personnel, cette mauvaise habitude peut déteindre sur les outils professionnels mis à dispositif dans leur cadre privé. Et, par exemple, si l'ordinateur portable confié par l’entreprise est bien verrouillé, il n’est pas protégé contre le risque de vol entre le bureau et le domicile !

Les salariés ont une perception erronée de leurs compétences cyber.

C’est ce que l’enquête OpinionWay pour Mailinblanck vient opportunément rappeler. Si 88 % des salariés pensent être vigilants quant aux emails qu’ils reçoivent, 34 % reconnaissent avoir déjà eu des comportements à risque ; 67 % estiment que la détection d’emails frauduleux est facile, mais une infime minorité d’entre eux (3 %) ont su reconnaître tous les emails frauduleux. On notera au passage que 31 % des salariés n’appliquent pas strictement les consignes de sécurité de leur entreprise. Bref : DSI et Directions learning & development auraient tort, sur la simple déclaration des salariés, de penser que la cybersécurité de l’entreprise est entre de bonnes mains ! En même temps, l’on comprend leur réticence à intervenir avec force sur un sujet à la frontière du privé et du professionnel. 

Quatre biais cognitifs individuels qui fragilisent la cybersécurité de l’entreprise.

L’enquête dresse une liste éclairante de quatre biais cognitifs individuels sur lesquels jouent les hackers : stress (57 % des répondants), curiosité (qui est, comme chacun sait, un vilain défaut !), appât du gain et… altruisme ! Ces biais sont renforcés par une charge de travail élevée (selon 78 % des répondants), ce qu’on admettra volontiers au vu du chapelet de Visioconférences subies par le télétravailleur (aussi une façon, pour l’entreprise, d’exercer un contrôle que l’éloignement géographique a distendu).

La formation peut agir dans deux directions.

D’abord, bien sûr, la formation peut renforcer les compétences techniques (cybersécurité, usage sécurisé des nouveaux environnements numériques, identification des principales menaces, etc.) qui sont le socle des connaissances communes à toute organisation. Les catalogues de formations à distance spécialisés ne manquent pas, qui permettent de développer cette nouvelle « digital literacy » ; ces compétences génériques devront toutefois être complétées par la connaissance des équipements et logiciels ainsi que des règles spécifiques à chaque entreprise. Ce programme de formation sera forcément défini en étroite relation avec la DSI ; il devra être actualisé chaque fois que nécessaire (nouvelle menace, notamment), et devrait susciter une revue annuelle (a minima) entre la DSI et la direction formation.

Ensuite, l’étude met l’accent sur le fait qu’au-delà de ces aspects techniques, ce sont les comportements qu’il faut changer. Parler ici de biais cognitifs est euphémique : mieux vaut annoncer clairement que certains comportements sont répréhensibles, parce que lourdement dommageables à l’entreprise (dommage financier, atteinte grave à la réputation, etc.) et jouer sur les deux leviers de la formation et de la sanction éventuelle (pour les imprudents multirécidivistes). En la matière, le service formation pourra s’inspirer de l’approche adoptée dans les formations de mise en conformité réglementaire.

Last but not least ces formations engendreront peut-être des vocations, le marché de l’emploi étant, dans ces fonctions pourtant très rémunératrices, hautement déficitaires. 

ARTICLES RÉCENTS DANS LA MÊME RUBRIQUE | pratiques
Une nouvelle approche de l’expérience d’apprentissage au poste de travail •SUITE La formation « frugale » : comment faire plus et mieux, avec moins… •SUITE
Différenciez-vous par la formation •SUITE Les leaders du digital learning se déchaînent avant l’été ! •SUITE
Mesurer l’impact du coaching : c’est possible ! •SUITE MobieTrain, application de formation des équipes terrain •SUITE
Un sujet clé pour la formation : les compétences cyber des salariés •SUITE Le numérique n’épuise pas l’innovation en formation •SUITE
En mai, ils s’éclatent ! (Les Premium d’e-learning Letter) •SUITE Employabilité des professionnels du digital learning : ce qu'il faut retenir de l'enquête de l'ISTF •SUITE
page précédente retour à l'accueil tous les articles
À LIRE CETTE SEMAINE
La nouvelle bataille des contenus de formation •SUITE
Une nouvelle approche de l’expérience d’apprentissage au... •SUITE
MyCertif et Docebo, deux nouveaux Premiums •SUITE
La formation « frugale » : comment faire plus et mieux,... •SUITE
Différenciez-vous par la formation •SUITE
Groupe Cegos : avenir radieux ? •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
Ingénieur pédagogique multimédia H/F
IFAAC - Institut de formation de l’Ecole pratique des métiers de la diplomatie
Chef de projet e-Learning junior (H/F) - CDI
CALLIMEDIA
ILS INFORMENT
DOMOSCIO : Myskillcamp acquiert Domoscio, prélude à une transformation dans le...
ISTF : Rendre ses classes virtuelles engageantes
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
Webinar iSpring : Créez facilement des modules e-learning et rendez votre narration interactive
06 JUILLET 2022 / E-LEARNING TOUCH'
Webinar Vyond - Constatez la facilité de création d'une vidéo professionnelle animée en direct
06 JUILLET 2022 / E-LEARNING TOUCH'
LES PLUS LUS
Quel tableau de bord pour les directions formation ? •SUITE
Le métavers : nouvelle « disruption » en vue dans l’univers... •SUITE
Adaptive Learning : petit tour d’horizon •SUITE
Évaluer la formation : un nouveau paradigme •SUITE
Deux réflexions sur l’innovation en formation •SUITE
• SUIVRE ELL
INSCRIPTION NEWSLETTER CONTACTEZ NOUS PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI PUBLIEZ ACTUALITÉ MENTIONS LÉGALES CENTRE DE PRÉFÉRENCES
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2022 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®