ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE PREMIUM
Leaders du e-learning
CONTRIBUTEURS ANNUAIRE ELL S'ABONNER
Les soft skills, concrètement ?
01 DÉCEMBRE 2022 / tendances
Le baromètre CSP Docendi 2023 des soft skills vient de paraître. Photographie précieuse d’un sujet (les soft skills) qui fait couler beaucoup d’encre ; des évolutions, par rapport aux éditions 2021 et 2022, sont repérées ; mais l’ensemble dégage une impression de grande stabilité. Commentaires sur quelques résultats.

L’échantillon, interrogés au printemps 2022 : 623 répondants, principalement dans la fonction formation-RH (42 %) et direction générale (26 %), dans tous les secteurs d’activité, avec une forte proportion (34 %) des services aux entreprises ; les grandes entreprises (plus de 5 000 salariés) et les ETI représentent 38 % des entreprises interrogées.

Connaissance des soft skills

72 % de l’ensemble des répondants (84 % pour la fonction formation-RH) indiquent connaître bien ou très bien les soft skills, ce qui représente un gain de 11 % en 2 ans… L’écosystème formation-RH connaît un tel battage autour des soft skills qu’on ne s’en étonnera guère. Réputées comme essentielles dans le #newnormal (le monde du travail entré dans l’ère VUCA), elles sont principalement vues sous l’angle des compétences comportementales (plutôt que des compétences cognitives ou organisationnelles sur lesquelles nous reviendrons). À noter : 90 % des répondants considèrent que ces compétences comportementales doivent être entretenues : loin de l’idée, donc, qu’on se fait parfois de compétences qui seraient innées, loin aussi de l’idée que, seules, les hard skills (compétences métier, techniques) ont besoin d’être maintenues… Les soft skills courent, elles aussi, le risque d’obsolescence ! Notons enfin que cette connaissance des soft skills est corrélée à la taille de l’entreprise (dans les grandes entreprises, 87 % des répondants disent bien ou très bien connaître les soft skills).

Au fait, qu’entend-on par soft skills ?

Essentiellement, les compétences relationnelles (79 %) et, dans une moindre mesure (66 %), les compétences émotionnelles. Les auteurs de l’étude notent que : « La bonne compréhension de la notion de soft skills n’a pas progressé. Les préjugés sur ces compétences ont la vie dure : elles continuent à être ramenées quasi-exclusivement à leurs dimensions « relationnelle » et «émotionnelle». », laissant au second plan toutes celles qui ressortent de « l’organisationnel, le cognitif et le conceptuel ». Alors même, comme le mentionne le rapport annuel « Future of Work » (World Economic Forum), que les compétences clés à l’horizon 2025 sont la pensée analytique et l’innovation, la capacité à apprendre, la résolution de problèmes complexes, la pensée critique, la créativité, le leadership… Des compétences « d’ordre le plus souvent cognitif ou conceptuel ».

Identification et développement des soft skills

L’identification et le développement des soft skills est une réalité dans 63 % des soft skills (vs 50 % deux ans auparavant). Mais 3 entreprises sur 10 seulement les évaluent sérieusement (tests psychométriques, assessment center, etc.). Rien de nouveau, l’évaluation des compétences continuant de poser un problème, y compris celle des hard skills (normalement plus simples à évaluer) : comment en serait-il autrement de l’évaluation des soft skills dont les frontières sont plus floues, et les risques de contestation par les évalués plus grands. Les auteurs de l’étude le constatent : « En 3 ans, nous n’avons observé aucun progrès en matière d’utilisation d’outils d’évaluation de type tests psychométriques ou Assessment Centers. Celles qui utilisent ces méthodes et celles qui affirment qu’elles vont s’en doter représentent toujours 1 entreprise sur 5. ». Une note de satisfaction toutefois : « La seule évolution notable est le recul des « je ne sais pas » - cela montre que la question est devenue plus « accessible » pour les répondants. ».

Se former aux soft skills

CSP Docendi, un leader de la formation aux soft skills ne pouvaient pas se désintéresser de cette question : des formations dédiées aux soft skills ont-elles été déployées dans votre entreprise durant les 12 derniers mois ? Réponse : « En additionnant les entreprises formatrices et celles qui envisagent de former aux soft skills dans l’année, nous arrivons à 49 %, contre 48 % en 2021. Et ce chiffre représente une légère baisse par rapport à 2022 (52 %). Globalement, nous assistons à une stagnation, voire à un léger retour en arrière. ». La vague serait-elle en train de refluer ? Les entreprises privilégieraient-elles les formations métiers dont on imagine, éloignement de l’entreprise et télétravail en cause, qu’elles ont été un peu délaissées en 2022 ? Mais il est vrai, comme on va le voir, que les soft skills sont de plus en plus instrumentalisées (dans le bon sens du terme) au service de la performance opérationnelle de l’entreprise.

À quoi servent les soft skills ?

Les soft skills mobilisées par les répondants dans le cadre de leur fonction sont les suivantes : l’écoute (66 %) vient au premier rang, l’empathie ne vient qu’au 3ᵉ rang (43 %) mais en forte progression (+10 %) par rapport aux éditions précédentes. Les deux sont liées, évidemment : on voit mal comment on pourrait se mettre à la place de l’autre, identifier ses préoccupations, voire son état intérieur, sans être à l’écoute. Et l’on comprendra, à partir de ces prémices, que l’usage des soft skills est-il particulièrement décisif dans les domaines du management des équipes (63 %, stable par rapport aux précédents baromètres), de l’efficacité professionnelle (61 % des réponses) et de la prévention et de la résolution des conflits. Ce dernier domaine est en hausse significative (46 %) édition après édition (37 % en 2021, 41 % en 2022) : la période est porteuse de conflit. Les auteurs ont cette conclusion : « Les soft skills sont en phase de devenir davantage un outil de management RH « quotidien » qu’une béquille provisoire en période de crise et de changement. Elles s’installent progressivement dans la boîte à outils des DRH. ». On observa par ailleurs que l’usage des soft skills ne s’impose pas réellement dans les domaines du management de projet (14 %) ou de la gestion de l’incertitude (10 %)… bizarre.

L’impact des soft skills : stratégique pour l’entreprise et pour l’individu

Enfin, et on s’arrêtera ici dans les commentaires d’une étude qui contient bien d'autres informations, l’impact des soft skills est considéré comme stratégique, par les répondants, aussi bien pour l’entreprise (47 %), car elles engagent sa performance à long terme, que pour l’individu (49 %), dont elles conditionnent l’employabilité à long terme. C’est de bon augure : chaque fois que coïncide l’intérêt à long terme de l’organisation et des individus qui la composent, l’avenir peut être envisagé plus sereinement. Cependant, faute d’une évaluation sérieusement corrélée entre, d’une part, les investissements dans les soft skills, et, d’autre part, leur impact stratégique collectif et individuel (dispose-t-on seulement de la méthode et des données sur le long terme ?), on reste un peu sur sa faim, notamment au moment de décider des critères sur lesquels il faut ou non former les collaborateurs aux soft skills.

Pour en savoir plus : Baromètre CSP Docendi 2023 des soft skills

 

ARTICLES RÉCENTS DANS LA MÊME RUBRIQUE | tendances
La part de l’humain dans l’avenir du travail ? •SUITE L’enquête ISTF 2023 : photographie complète et détaillée des tendances du Digital Learning sur le marché français •SUITE
Quatre webinaires et une formation, par des Premium d’e-learning Letter •SUITE Que restera-t-il du CPF après l’essorage du « ticket modérateur » en 2023 ? •SUITE
La formation peut-elle devenir un avantage social ? •SUITE 7 considérations sur l’importance de former aux soft skills •SUITE
Quelles sont les promesses de la formation continue en 2023 ? •SUITE Les Premiums d’e-learning Letter vous invitent… •SUITE
Montée en puissance de l’apprentissage par les pairs •SUITE ChatGPT : quel usage en formation ? •SUITE
page précédente retour à l'accueil tous les articles
À LIRE CETTE SEMAINE
La part de l’humain dans l’avenir du travail ? •SUITE
L’enquête ISTF 2023 : photographie complète et détaillée... •SUITE
Production et transmission des savoirs chez Safran : la... •SUITE
Quatre webinaires et une formation, par des Premium... •SUITE
Que restera-t-il du CPF après l’essorage du « ticket... •SUITE
Comment réussir un vaste programme de formation à... •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
Responsable formation E-learning H/F
celio*
Growth Hacker, business development
TEACH ON MARS
ILS INFORMENT
Gymnase du Management : Modules e-learning softskills et bonnes pratiques : la bibliothèque...
Lamy Formation : E-learning : Cybersécurité
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
5 pièges à éviter pour réussir vos projets de classes virtuelles
07 FÉVRIER 2023 / LIVE SESSION
Webinar DigitalRecruiters, Cegid & GrandVision le 9 mars à 11h : "Recruter avec les outils d’aujourd’hui".
09 FÉVRIER 2023 / Cegid Talentsoft
LES PLUS LUS
ChatGPT : quel usage en formation ? •SUITE
L’avenir est aux plateformes de formation structurées par... •SUITE
Pourquoi participer à la Conférence des Lauréats •SUITE
LMS Moodle™ : un écosystème digital de formation plutôt... •SUITE
Édito •SUITE
• SUIVRE ELL
INSCRIPTION NEWSLETTER CONTACTEZ NOUS PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI PUBLIEZ ACTUALITÉ MENTIONS LÉGALES CENTRE DE PRÉFÉRENCES
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2023 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®