ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
• • ACTUALITÉS • ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE • PREMIUM
Leaders du e-learning
• CONTRIBUTEURS • ANNUAIRE ELL
RECHERCHE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • CONTACTEZ NOUS • PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI • PUBLIEZ ACTUALITÉ
Autour de l’engagement apprenant…
01 JUILLET 2019 / pratiques
L’engagement apprenant, comme Graal de la formation : c’est à lui qu’il appartiendrait de garantir le plein succès et la franche généralisation du digital learning, c’est-à-dire largement de l’auto-formation, et des bénéfices qu’en attendent les entreprises…

Pourquoi on n’a jamais autant parler d’engagement apprenant…

Avant la formation était rare (donc chère, donc attirante). Aujourd’hui elle est abondante, c’est la part d’attention des apprenants qui s’est raréfiée : les Directions Formation, les fournisseurs la disputent aux multiples sollicitations du Web (on entend même dire qu’on n’a désormais guère plus d’attention qu’un poisson rouge ; on n’est pas obligé de le croire).

Avant, la formation se présentait comme un événement (le cours en salle) ; le stagiaire (son nom d’avant) devait en passer par un processus structurant / encadrant (inscription, déplacement, prise en charge par l’animateur, etc.). Aujourd’hui, le développement de l’auto-formation (qui reste le sens général des dispositifs e-learning) requiert un effort nettement plus important de l’apprenant.

Autre facteur de buzz : La transformation digitale des organisations, qui touche à présent tous les collaborateurs de l’entreprise, implique qu’ils mettent continûment à jour des compétences sans cesse menacées d’obsolescence… Solution (il n’y en pas d’autres) : de nouveau l’utilisation massive des dispositifs d’auto-formation plus ou moins accompagnée (en pratique, plutôt moins que plus).

Or, la plupart des Directions Formation font un triste constat, répété année après année malgré tous les trésors d’inventivité qu’elles déploient pour y échapper : les statistiques d’utilisation issues du portail de formation / plateforme LMS restent bien décevantes. Comment donc engager les apprenants (au fond : les pousser à consommer ce qu’on leur sert sur le portail ou sur l’écran de leur smartphone) ? Inventivité aussi du côté des fournisseurs, voire développement de nouveaux segments de marché : Learning Engagement Platforms, micro learning, vidéo learning, gamification, etc.

Pourquoi un adulte s’engage dans sa formation

La formation n’a pas attendu le digital pour se poser la question de l’engagement. On sait par exemple qu’un adulte acceptera de se former s’il est consulté (sur le programme, les objectifs, la durée, le rythme, les efforts qu’on lui demande, etc.), mieux encore : s’il en est le co-décideur. Sa formation devra s’ancrer sur son expérience d’adulte (professionnelle, sociale, etc.) et servir des buts qui ont de la valeur pour l’apprenant (tout effort mérite salaire).

L’engagement dépend donc du sens que le collaborateur pourra trouver à sa formation : sens qui peut être de court terme (par exemple aisance opérationnelle) ou sens de moyen terme (évolution professionnelle, mobilité). Ces deux temporalités doivent être mobilisés de concert ; elles ne sont pas séparées, court et moyen terme s’imbriquent.

Cet adulte co-stratège, avec une mémoire, des projets que la formation doit plus ou moins explicitement servir, se double aujourd’hui d’un utilisateur parfois frénétique du Web et du smartphone (plus généralement des écrans) et de leur cortège d’usages, notamment les usages sociaux, tous ces outils servant finalement peu ou prou à échanger / mettre en relation.

L’approche holistique de l’apprenant : un mirage ?

Auto-formation demandée à l’apprenant, ce qui suppose qu’il apprenne à apprendre (comme si le fait même de vivre ne contenait en permanence sa dose d’apprentissage), auto-formation devant tenir compte des motivations de l’adulte à se former, des nouveaux usages du digital, et pourquoi pas des styles d’apprentissage ? Cette vision globalisante, c’est celle que vise l’approche holistique de l’apprenant dont la description se veut tellement complète et détaillée qu’elle embarque automatiquement une solution de formation adaptée.

Cette vision est aujourd’hui largement impraticable. Elle se heurte en effet à l’impossibilité de mettre l’humain en boîte, de décrire l’apprenant dans toutes ses dimensions qui peuvent influer sur le contenu et le design de la formation. Demeure toujours une part d’incertitude, importante, qui exige de la formation qu’elle prenne sa part de risque (ne pouvoir contenter tout le monde, comme dans la fable). Si encore un adulte était “stable” (dans ses motivations, ses pratiques, compétences, etc.), la formation finirait bien par le cerner. Mais on voit l’ambiguïté : la formation vise justement à “dynamiser” cet adulte, à l’adapter en continu au changement perpétuel : à peine s’est-il formé qu’il doit de nouveau se former, de sorte que cette approche holistique pourrait se révéler un mirage, à moins de considérer que l’adulte se réduit au halo des données numériques qu’il produit en permanence, et dans l’attente (pas forcément souhaitable) que l’Intelligence Artificielle y mette ordre…

Michel Diaz

ARTICLES RÉCENTS DANS LA MÊME RUBRIQUE | pratiques
Portrait-robot d’une solution de formation “Human Centric” •SUITE Se former au digital learning : le présentiel toujours d’attaque ! •SUITE
Quels ingrédients pour une stratégie Digital Learning efficiente et optimisée ? •SUITE Comment Malakoff Médéric Humanis accélère sa transformation digitale en formant ses formateurs •SUITE
Toute stratégie digital learning est unique •SUITE Le Digital Learning à l’heure de la stratégie •SUITE
Construire la digitalisation du système de formation - un chemin à benchmarker •SUITE Stratégie digital learning : 2 bonnes pratiques + 1 posture •SUITE
Digital Learning Manager : a-t-il vraiment les moyens de réussir ? •SUITE Le meilleur du digital pour la formation des vendeurs SFR •SUITE
page précédente retour à l'accueil tous les articles
À LIRE CETTE SEMAINE
E-learning Expo, le précurseur qui tient son rang ! •SUITE
Clustree : la banque de compétences qui manquait à... •SUITE
Les plateformes LMS ont la peau dure ! •SUITE
Portrait-robot d’une solution de formation “Human Centric” •SUITE
La plateforme de formation unique tient plus du mythe que... •SUITE
Votre plateforme de formation tient-elle toutes ses... •SUITE
OFFRES D'EMPLOI
Ingénieur Pédagogique H/F
Humensis
Business Developer (H/F)
Micropole Learning Solutions
ILS INFORMENT
E-LEARNING TOUCH' : Moodle App : Accéder à ses cours partout et à tout moment
LMSFACTORY : LMS FACTORY lance MOOFACTORY, la distribution de Moodle pour...
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
En 2020 : pourquoi certifier vos formateurs à la classe virtuelle ?
28 JANVIER 2020 / LIVE SESSION
30 janvier | Webinaire Tendances du digital learning : 10 ingrédients de votre réussite
30 JANVIER 2020 / Féfaur
LES PLUS LUS
• Cybersécurité : communiquons et formons sur un métier... •SUITE
• Capsules : la solution micro-learning qui manquait à... •SUITE
• Le Digital Learning à l’heure de la stratégie •SUITE
• Le futur du Digital Learning est déjà en marche : un... •SUITE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • INFO FOURNISSEUR • CONTACTEZ NOUS • MENTIONS LÉGALES • CENTRE DE PRÉFÉRENCES • DERNIÈRE NEWSLETTER
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2020 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®