ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
• • ACTUALITÉS • ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE • PREMIUM
Leaders du e-learning
• CONTRIBUTEURS • ANNUAIRE ELL
RECHERCHE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • CONTACTEZ NOUS • PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI • PUBLIEZ ACTUALITÉ
• LE DOSSIER / Innovation : la clé du succès en formation
Les formations industrielles en pleine mue, pour le meilleur
31 MAI 2021 / contenus / publi-reportage
Julien Charles
ceo & co-founder
7-shapes
plus de renseignements sur
7-shapes
Julien Charles (CEO, 7-Shapes) se veut rassurant : dans le monde industriel, aussi, la formation fait sa mue, comme le montre la montée en puissance des vidéos de formation et de la gamification. L’enjeu est considérable : il s’agit de former tous les opérateurs pour relever les nombreux défis de l’industrie, à commencer par sa transformation environnementale.

Comment expliquer que la majorité des entreprises industrielles continuent de privilégier, pour leurs formations industrielles, le « powerpoint » et la formation en salle ?

Julien Charles : Il faut distinguer deux types de population dans le milieu industriel. D’abord le personnel « en production » (opérateurs, techniciens, managers de proximité…), peu équipé en ordinateur, souvent sans adresse mail individuelle, et manquant de temps pour se former. Sa préférence va aux présentations et aux jeux en salle, sans travail à côté faute de temps. Ensuite le personnel de support à la production, équipé en PC, plus à l’aise pour se former en ligne, et travaillant dans un environnement plus propice à l’apprentissage distanciel. Pour ce personnel, il sera possible de digitaliser et de mixer les modes d’apprentissage. Quant au Powerpoint, son utilisation répond au besoin des entreprises de créer leurs propres supports de formation « sur mesure » en interne… Elles pensent à Powerpoint, car elles l’ont sous la main, et qu’il ne nécessite pas des compétences avancées telles que le montage vidéo, ou le coding !

Les apprenants sont-ils satisfaits de cet état de fait ?

Julien Charles : Difficile à dire, car les taux de satisfaction, de rétention ou d’utilisation de ces supports de formation ne sont guère mesurés… Cependant, un grand groupe me confiait récemment que le taux d’utilisation de l’ensemble de ses contenus de formation aux méthodes et outils liés à la performance industrielle (Lean) est de 2 %… On doit pouvoir faire mieux !

Ces constats varient selon la taille de l’entreprise ?

Julien Charles : Ils valent pour la majorité des grands groupes avec lesquels nous travaillons, même si l’utilisation de la vidéo s’intensifie, mais parfois sous la forme de Powerpoint utilisant la vidéo… Du côté des ETI, des PMI, ou des TPE, le présentiel reste la norme, et l’e-learning quasi inexistant ; a fortiori le blended présentiel et distanciel est rarement mis en œuvre. Ceci dit, la crise sanitaire est passée par là : lors des deux premiers confinements, 7-Shapes a enregistré deux à trois plus de demandes de formation distancielle qu’en temps normal ; le présentiel a été sévèrement remis en cause ! La transition de l’ancien au nouveau s’est souvent faite en douceur via des formations mixant distanciel et présentiel. On peut parler d’un véritable reengineering des formations, car les objectifs et les moyens pédagogiques ont été revus en profondeur - DRH, DSI, managers et direction se sont impliqués dans cette démarche ; c'est un signe très encourageant pour l’avenir.

Pourquoi utiliser le jeu vidéo et la simulation en formation industrielle ?

Julien Charles : Le succès d'un jeu vidéo est fondé sur le scénario, l’immersion et la progression par niveau de complexité croissante : il en va de même pour la formation. Simuler l’environnement habituel du collaborateur facilite par ailleurs une application sans risque des connaissances en cours d’acquisition. Les neurosciences démontrent que se tromper, répéter, être actif et s’immerger sont les bases d’un bon apprentissage. Mais, nous constatons que le 100 % distanciel avec ou sans simulation ne suffit pas, d’où la tendance à l’hybridation des formations : la théorie, complétée d’une pratique à distance avec des exercices ou des défis, des classes virtuelles de synchronisation, puis un projet terrain accompagné de coaching en ligne ou en présentiel - des séquences qui devront toutes être de courte durée. Cet exemple est choisi parmi d’autres ; il permet, par la mise en application des acquis théoriques dans une simulation très proche de la réalité, d’ancrer les savoirs et de créer une base commune d’échanges lors des classes virtuelles en groupe…

Les résultats sont-ils à la hauteur ?

Julien Charles : Oui : la proportion des apprenants qui vont jusqu’au bout de leur parcours est supérieur à 95 %, parce que le jeu de formation est addictif, avec un niveau de satisfaction très élevé, qu’on soit nomade ou sédentaire, car c’est la formation qui s’adapte et pas l’inverse. L’optimisation des coûts de formation générée par la suppression de frais de déplacement, un coût moindre d’adaptation des supports au contexte de l’entreprise, une mise à jour en temps réel de la « boîte de jeu » sont d'autres avantages appréciés des directions opérationnelles, notamment parce que les personnels ne sont pas immobilisés plusieurs jours en formation, et parce qu’il est possible de former simultanément sur différents sites en France et à l'International. Ces avantages s'expriment dans toutes nos formations dont le pilier central reste les formations certifiantes à l’excellence opérationnelle (Lean management) dans le manufacturing et les services, éventuellement accompagnées sur le terrain par nos formateurs et consultants partenaires. 

Quelles innovations voyez-vous se dessiner à l’horizon d’un an ?

Julien Charles : Nous travaillons actuellement sur deux innovations majeures. La 1ʳᵉ, c’est un outil de simulation simplifié qui permet de paramétrer n’importe quelle usine (rythme, type de produit, temps de cycle, performances actuelles… ), pour tester les outils du Lean dans une véritable « copie de mon entreprise ». Notre deuxième innovation porte sur l’adaptative Learning pour que le parcours puisse s’adapter à l’apprenant - niveau de départ, niveau acquis dans les différentes phases de son apprentissage.

L’actualité de 7-Shapes ?

Julien Charles : Notre parcours 100 % en ligne certifiant au Lean dans le monde des services - le « Green Belt Lean office – Agile » - qui s’adresse aux secteurs de la banque, de l’assurance, des bureaux d’études, et autres startups, ce parcours (éligible à 100 % au CPF et finançable par les OPCO) monte fortement en puissance. Un autre parcours verra le jour prochainement, - le « Green & Lean » - sur la décarbonation des entreprises industrielles, et toujours sur les principes du Lean ; il aide l’entreprise à se projeter en 2050 et à se doter des outils pour éliminer les gaspillages environnementaux. Cette solution, dont la certification est à l’étude, sera ouverte, et son financement assuré par la région Nouvelle Aquitaine, des grands groupes industriels et une association en lien avec L’ADEME.

page précédente retour à l'accueil du dossier
LES SPONSORS
LE SOMMAIRE DU DOSSIER
• Les formations industrielles en pleine mue, pour le meilleur •SUITE
• Test de personnalité et formations : l’accord parfait •SUITE
• Comment la formation peut aider à créer des champions… •SUITE
• Un leader mondial de la formation dépasse la crise •SUITE
• Réussir en formation grâce à l’innovation •SUITE
• Pas d’envie d’apprendre, sans une « expérience formation » digne de ce nom •SUITE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • INFO FOURNISSEUR • CONTACTEZ NOUS • MENTIONS LÉGALES • CENTRE DE PRÉFÉRENCES • DERNIÈRE NEWSLETTER
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2021 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®