ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
• • ACTUALITÉS • ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE • PREMIUM
Leaders du e-learning
• CONTRIBUTEURS • ANNUAIRE ELL
RECHERCHE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • CONTACTEZ NOUS • PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI • PUBLIEZ ACTUALITÉ
Formation linguistique : 3 conseils avant de choisir un organisme
7speaking / 11 AVRIL 2018

Les appels d’offres pour choisir une formation linguistique privilégient de plus en plus la formation dite de Blended Learning, c’est-à-dire un dispositif pédagogique mixant différentes modalités pédagogiques : formation présentiellecours par téléphone, autoformation, Social Learning, etc.

Dans un domaine où l’innovation technologique et pédagogique est quotidienne, la diversité des dispositifs possibles rend la tâche ardue notamment dans le choix d’un prestataire de formations linguistiques.

Voici 3 conseils permettant de prendre en considération des paramètres clés afin d’optimiser le choix :

Formation linguistique : choisir son organisme

 

1- Ouvrir le champ des possibles de la formation linguistique

Les dispositifs les plus performants sont ceux qui ne considèrent pas le Blended Learning comme une juxtaposition d’outils et de moyens pédagogiques, mais comme un environnement centré sur l’apprenant.

Albert Einstein disait : “La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent !”.

En d’autres termes, ne pas ouvrir le champ des possibles revient donc à figer le résultat que l’on cherche à améliorer.

Il est donc souhaitable d’être le plus ouvert possible sur le dispositif pédagogique attendu, et donc de laisser aux prestataires la liberté de proposer les dispositifs qu’ils pensent être les plus adaptés aux exigences de résultats et d’efficacité du commanditaire.

 

2- Prendre en compte le coût global du dispositif pédagogique

Le succès d’un mix auto-formation / professeurs / Social Learning, ne dépend pas uniquement de la qualité individuelle de chacun des composants, il dépend beaucoup de la façon dont chaque composant interagit avec les autres.

C’est la raison pour laquelle nous parlons d’écosystème de formation linguistique.

Le rôle d’un professeur peut être ainsi très variable selon les dispositifs. Il peut être un véritable conseiller pédagogique qui optimise l’activité d’apprentissage de l’apprenant, ou simplement un interlocuteur pour pratiquer l’expression orale, aisément substituable par un réseau social d’apprentissage dynamique.

 Les solutions d’autoformation ne se valent pas les unes les autres.

Une solution elearning basique sera moins coûteuse mais devra être soutenue par un abondant recours à des solutions onéreuses de motivation extrinsèque (relances téléphoniques, implication des managers, recours systématique à des professeurs). 

 

3- Être précis sur les résultats attendus de la formation linguistique

Le prestataire doit pouvoir monter un business model viable satisfaisant le commanditaire. Pour cela il doit avoir en main les éléments suivants :

  • La volumétrie, à savoir le nombre de collaborateurs à former,
  • Les compétences initiales et attendues des personnes à former,
  • Les contraintes logistiques (espace, temps…).

La meilleure façon de pouvoir détailler ces points est d’avoir préalablement mené un audit des besoins et des compétences.

  

Le nombre de personnes à former

Il est primordial de connaître la volumétrie.

Dans une approche e-learning et même Blended Learning, le potentiel d’économies d’échelles est particulièrement important.

 

Sans connaitre le nombre d’apprenants, le soumissionnaire ne peut donc pas proposer son meilleur prix. En effet, ne pouvant pas estimer les économies d’échelles réalisables, il doit nécessairement conserver une marge suffisante de sécurité.

 

Les niveaux de compétences des apprenants

Les besoins sont très différents selon les compétences linguistiques des apprenants, par exemple, le recours à des professeurs (élément le plus coûteux d’un dispositif) peut varier de façon importante en fonction du niveau initial et de l’objectif de progrès.

Les coûts de formation linguistique ne seront pas identiques pour toutes les populations. Le reconnaître c’est être prêt à reconsidérer les priorités de formation : quelles populations former en priorité pour maximiser le Retour Sur Investissement.

Les compétences en anglais commenceront à avoir un impact positif pour la productivité de son entreprise à partir d’un niveau B2. En deçà, il est illusoire d’attendre des résultats tangibles sur l’efficacité professionnelle du collaborateur.

 

Les contraintes logistiques

La formation présentielle en salle cumule tous les inconvénients logistiques : la disponibilité d’une salle, d’un professeur et d’un ensemble d’apprenants de niveau homogène au même moment dans un endroit précis. D’autres solutions de formation à distance sont tout aussi performantes (cours individuels, classes de conversation en visio, etc.).

La contrainte de temps est un élément important à définir. Selon l’ALTE, il faut environ 200 heures de formation avec des méthodes traditionnelles pour passer d’un niveau B1 à B2. On sait également qu’une formation trop courte (moins de 6 mois) ne permet pas de consolider les apprentissages linguistiques de façon optimale. L’horizon habituel de l’entreprise est l’année (exercice comptable, entretien annuel d’évaluation…) : c’est également une bonne durée pour l’apprentissage des langues.

Formation linguistique : échelle ALTE

 

Conclusion

Avec les nouvelles technologies et l’apport des sciences cognitives, la formation vit une mutation profonde et passe progressivement d’une obligation de moyens à une obligation de résultats.

Conditionner une part des paiements à l’atteinte de résultats est économiquement impossible dans la formation classique en face à face, les prestataires devant payer les professeurs au fur et à mesure de leurs prestations.

Avec le Blended Learning il est possible de conditionner une part des paiements à l’obtention des résultats :

  • Atteinte des niveaux prévus (validés par exemple par un test TOEIC® ou Bulats®),
  • Nombres d’heures de connexion sur la partie e-learning,
  • Taux de satisfaction des apprenants,
  • Notation des professeurs par les apprenants.

 

Bien entendu, le prix est un critère de choix important, mais il doit s’entendre en fonction d’un objectif à atteindre par population type et non pas par modalité pédagogique. Il faut également prendre en compte la crédibilité et le sérieux pédagogique des dispositifs proposés.

Le pilote sur une population réduite peut donner une bonne idée de la pertinence pédagogique de la proposition et ouvrir un éventail plus large de modalités de formation.

 

Notre dernière brève : La vérité sur le prix des licences de digital learning

plus de renseignements sur
7speaking
page précédente retour à l'accueil tous les communiqués de presse
À LIRE CETTE SEMAINE
OFFRES D'EMPLOI
Learning Game Designer (H/F)
My-Serious-Game
Chef de projet digital learning (h/f)
XOS
ILS INFORMENT
Enovation : Totara Learn pour former vos employés, partenaires et clients
E-learning Touch' : E-LEARNING TOUCH' au classement Deloitte Fast 50 !
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
créez des portails de formation sur mesure pour toutes les occasions
24 JUILLET 2018 / KNOWLEDGEPLACES
CMS Knowledge Place, un nouveau type de solution auteur
11 SEPTEMBRE 2018 / KNOWLEDGEPLACES
LES PLUS LUS
• 12 principes pour innover “juste ce qu’il faut” en formation •SUITE
• Innover utilement et sans tarder en formation •SUITE
• Digitalisation de la formation - pour une fois, parlons... •SUITE
• Les nouvelles plateformes LEMS, au cœur de l'innovation... •SUITE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • INFO FOURNISSEUR • CONTACTEZ NOUS • MENTIONS LÉGALES • CENTRE DE PRÉFÉRENCES • DERNIÈRE NEWSLETTER
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2018 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®