ELEARNINGLETTER
ACTUALITE & STRATEGIES DIGITAL LEARNING
• • ACTUALITÉS • ÉVÉNEMENTS OFFRES D'EMPLOIS COMMUNIQUÉS DE PRESSE • PREMIUM
Leaders du e-learning
• CONTRIBUTEURS • ANNUAIRE ELL
RECHERCHE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • CONTACTEZ NOUS • PUBLIEZ OFFRE D'EMPLOI • PUBLIEZ ACTUALITÉ
La vérité sur le prix des licences de digital learning
7speaking / 04 AVRIL 2018 / agrandir le visuel

De 0 à 50 euros par utilisateur et par mois : pourquoi de telles différences ?

Les solutions de digital learning pour l’apprentissage d’une langue reposent sur un logiciel en mode SAAS (Software As A Service) accessible par Internet. On pourrait légitimement considérer qu’une fois le logiciel amorti, l’éditeur marge à 100% et le fait qu’il n’y ait qu’un utilisateur ou bien 1000 ne génère aucun surcoût.

Après tout, les formules dites freemium (donc gratuites) viennent étayer cette hypothèse. Les acheteurs soucieux d’obtenir le prix le plus bas peuvent être rassurés : il existe donc bien des formules gratuites.

Cela sous-entend-il que les éditeurs de formules plus onéreuses s’en « mettent plein les poches » ? La réalité est un peu différente.

 

Et si on parlait plutôt prix par heure de formation…et progrès réalisés ?

Aux balbutiements du Elearning, on trouvait des CD-Rom ou bien même de bons vieux manuels didactiques convertis en pages web agrémentés de quelques liens interactifs pour faciliter la navigation. Ces formules-là étaient très bon marché et l’éditeur dégageait une marge importante sur les volumes. Mais ces formules ont montré leurs limites car seuls les rares apprenants extrêmement motivés les utilisaient plus d’un mois.

Du coup aussi faible soit-il, l’investissement du client n’était pas rentabilisé. Vous allez me dire, « comment le mesure-t-on ? ».

 

 

L’efficacité de l’apprentissage de l'anglais devrait, en théorie, se mesurer en termes de résultats. Par exemple : 60% des utilisateurs inscrits sont passés d’un niveau 2 à un niveau 3. 7Speaking adhère à cette approche mais tous les acteurs n’ont pas forcément intérêt à jouer la carte de la transparence. Un moyen encore plus simple mais moins orienté « résultats » est celle retenue pour les cours individuels : déterminer le prix par heure de formation.  On mesure le nombre d’heures de formation effectuées en digital learning et, rapporté au prix payé, on calcule alors à combien revient l’heure de formation en Elearning. Mais là aussi, beaucoup d’acteurs préfèrent raisonner « prix de la licence » plutôt que « prix de l’heure de formation ».

 

L’accompagnement humain au cœur du Elearning

Après l’échec des premières solutions de Elearning où l’utilisateur était complètement livré à lui-même devant son écran, un constat s’est imposé : le Elearning, s’il n’est pas accompagné de services humains, ne fonctionne pas, à cause d’un taux d’assiduité dramatiquement faible. Le blended-learning est apparu alors comme la solution providentielle pour booster un peu le Elearning : le principe est de jalonner le parcours Elearning d’un certain nombre de cours individuels. Mais le coût final n’est plus du tout le même et ce n’est qu’une solution pour pallier les carences d’une solution Elearning défaillante…

Le succès d’une formation Elearning implique un accompagnement humain intégré au cœur même de la formule. Or, les services humains, s’ils sont individualisés et suffisamment réactifs, ont un prix et sont rarement « scalable » : concrètement si l’on compte un tuteur pour 6 utilisateurs alors il faudra alors 10 tuteurs pour 60 utilisateurs.

 

 

Loin de moi l’idée de dire que les formules les plus chères sont les meilleures, mais de toute évidence, une formule qui est proche du gratuit fait forcément l’impasse sur ces services humains, or ils sont la condition nécessaire mais pas suffisante pour que les apprenants progressent et que l’entreprise cliente s’assure un ROI satisfaisant.

Autrement dit, si vous obtenez auprès d’un prestataire un prix presque identique sur 1000 utilisateurs et sur 500, cela signifie que les services humains n’ont pas été proportionnés en fonction du volume, ou même, qu’ils sont plus ou moins inexistants : méfiance donc !

 

Quelques pistes pour bien choisir un prestataire

Ne perdez pas de vue également qu’un apprenant coûte en salaire en moyenne 35€ de l’heure à votre entreprise. S’il doit passer 40 heures de son temps de travail en Elearning, cela permet de relativiser l’écart de prix entre des formules à 400€ l’année et celles à 50 avec lesquelles l’apprenant risque fort de perdre son temps.

 

Rassurez-vous, je ne suis pas en train de vous dire « payez cher, payez plein pot » ! Mais, je vous suggère de raisonner « prix de revient » par heure de formation et surtout « prix de revient » par progression de niveau. Les formules « low cost » ne résistent pas à cette mesure d’efficacité, et c’est, en principe, la seule qu’il faudrait considérer. Cela permettrait d’éliminer tous les acteurs dont les promesses ne sont pas suivies de résultats.*

 

Comment s’en prémunir ?

Un test « pilote » d’un mois permet déjà de comparer 2 solutions et de juger sur quelle solution, l’engouement et la satisfaction des utilisateurs sont les plus élevés. Malheureusement, l’essoufflement des utilisateurs se constate le plus souvent après 1 à 3 mois de formation. Je vous recommande donc tout simplement, avant de faire votre choix, de demander au prestataire de pouvoir contacter  plusieurs références semblables à la vôtre (même secteur d’activité, population à former similaire, objectifs identiques).

 

Tout d’abord vous pourrez partager des expériences sur des problématiques communes, mais surtout, le responsable de formation contacté doit vous donner les vrais résultats. Par exemple « j’ai formé 100 utilisateurs sur 9 mois avec ce produit, je sais combien d’heures de formation ont été dispensées pour tel prix et les utilisateurs ont progressé en moyenne de X points sur telle echelle ». Cette démarche vous permettra de franchir l’écran d’opacité qui profite aux acteurs dont le produit est certes très bon marché mais dont l’heure de formation est finalement beaucoup plus élevée (et dont les progrès réalisés par les utilisateurs sont nettement plus faibles).

 

* Mesurer le gain de productivité des stagiaires formés est le moyen idéal de mesurer l’efficacité d’une formation mais tous les prestataires ne proposent pas les moyens d’adopter cette méthode.

Notre dernier communiqué de presse
Les entreprises doivent-elles former leurs salariés à l’anglais ?

plus de renseignements sur
7speaking
page précédente retour à l'accueil tous les communiqués de presse
À LIRE CETTE SEMAINE
OFFRES D'EMPLOI
Learning Game Designer (H/F)
My-Serious-Game
Chef de projet digital learning (h/f)
XOS
ILS INFORMENT
Enovation : Totara Learn pour former vos employés, partenaires et clients
E-learning Touch' : E-LEARNING TOUCH' au classement Deloitte Fast 50 !
PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
créez des portails de formation sur mesure pour toutes les occasions
24 JUILLET 2018 / KNOWLEDGEPLACES
CMS Knowledge Place, un nouveau type de solution auteur
11 SEPTEMBRE 2018 / KNOWLEDGEPLACES
LES PLUS LUS
• 12 principes pour innover “juste ce qu’il faut” en formation •SUITE
• Innover utilement et sans tarder en formation •SUITE
• Digitalisation de la formation - pour une fois, parlons... •SUITE
• Les nouvelles plateformes LEMS, au cœur de l'innovation... •SUITE
• SUIVRE ELL • INSCRIPTION NEWSLETTER • INFO FOURNISSEUR • CONTACTEZ NOUS • MENTIONS LÉGALES • CENTRE DE PRÉFÉRENCES • DERNIÈRE NEWSLETTER
www.e-learning-letter.com - © copyright e-learning Media 2018 - tous droits réservés - déclaration CNIL n°1717089 - email : informations@e-learning-letter.com - création : Fair Media ®